C’est un Valentino Rossi insistant sur le défaut d’une Yamaha consommant exagérément son pneu arrière qui aborde, ce dimanche, le Grand Prix de Grande Bretagne. Une remarque récurrente qui appelle à un autre sujet : celui du plan de développement établi par le constructeur d’Iwata. Déjà, le Doctor avait réclamé plus tôt dans la saison l’opportunité d’une troisième moto avec un troisième bon pilote chargé du développement. A Silverstone, celui qui va fêter son 300ème départ en Grand Prix se fait plus insistant encore…

« Avec nos motos, Zarco et Folger s’amusent sans doute beaucoup ». Cette phrase de Vale n’est pas neutre. Elle sous-entend que les deux pilotes Tech3 travaillent pour eux-mêmes et réussissent de si beaux résultats qu’ils leur arrivent même d’être devant lui et son équipier Viñales. Or, l’époque a changé et la concurrence s’est autrement organisée. Chez Ducati, Petrucci roule avec une GP17 et fait des tests grandeur nature en Grand Prix et c’est aussi le cas pour Crutchlow chez Honda, toujours durant les meetings.

Chez Yamaha, la situation est si peu claire qu’à Misano, tant Viñales que Rossi ont commencé le travail sur la M1 version 2018. En plus de chercher et de trouver des solutions aux soucis en cours. Ce qui fait beaucoup. Alors le nonuple titré fait savoir… « Je regarde parfois les données de Zarco mais son style de pilotage est différent du mien. Celui de Folger s’en rapproche. Je regarde donc assez souvent ses datas. Je veux avoir une évaluation des résultats de notre travail de développement. Le choix des pneus est quelque chose de très personnel ».

On rappellera que Viñales a signalé dans son commentaire d’après qualifications qu’il regarderait de près le choix des pilotes Tech3 car ceux-ci sont souvent dans le vrai au moment de sélectionner les gommes. Côté Tech3, Folger avait signalé vouloir travailler à Silverstone sur le nouveau carénage fourni par Yamaha pour aider le clan au diapason. Johann Zarco, lui, avait écarté d’entrée cette possibilité qui ne lui apportait rien à son plan de travail pour ce douzième rendez-vous de l’année.