Des Superbike qui font tourner chèvre des MotoGP, voilà l’étonnant verdict de trois jours de tests partagés par les deux catégories de la vitesse moto sur le tracé de Jerez. Le roi du WSBK Rea, aurait comme commis un crime de lèse-majesté en donnant la leçon avec sa Kawasaki née d’un modèle de série à l’arrière garde de l’élite des Grands Prix. Depuis, on explique les raisons techniques de cette hiérarchie inversée, Pirelli en tête. Mais d’autres pensent autrement. Ainsi Andrew Pitt.

Andrew Pitt est Australien, c’est un pilote à la retraite double-Champion du Monde Supersport et concurrent en WSBK qui a aussi disputé vingt-trois Grands Prix. Son cœur est donc plutôt en Superbike. Et les réactions suscitées par un Rea en verve qui a défié les MotoGP à Jerez l’ont fait réagir : « si Jonathan Rea a marché si fort à Jerez, c’est d’abord parce qu’il est un des meilleurs pilotes du monde » annonce-t-il sur CorsediMoto.

« Il est parmi le top 5, toutes les catégories confondues. Sa performance ne surprend pas les vrais connaisseurs de notre sport, où le pilote peut encore faire la différence. Il a fait des merveilles avec une CBR non compétitive en SBK et il a cru trop longtemps en une opportunité en MotoGP offerte par Honda.  Mais Honda a préféré Bautista et Bradl. Personne ne s’est intéressé à lui pour un guidon de premier plan. Il n’accepte pas le diktat des sponsors et il y a avait ceux qui disaient qu’il était trop vieux ».

« Bien sûr, les tous meilleurs pilotes de MotoGP sont à un autre niveau, mais derrière, il y a un vide. Ceux qui décident veulent un pilote du Moto2 et ne considèrent pas le Superbike. Depuis qu’il a accepté le défi Kawasaki, il domine depuis deux ans. On parle de Pirelli pour cette performance, mais ces Pirelli, vous pouvez vous les procurer dans le commerce. Pour son temps de 1’38, il a utilisé des tendres bien-sûr, mais je parle de son chrono de 1’39 en moyenne fait avec des gommes pour la course. Qui peut penser que Michelin n’a pas des pneus aussi bons que Pirelli ? »

« Le chrono de Rea, c’est avant tout la performance d’un homme qui est bien sur sa moto et avec son équipe. Je comprends les pilotes du MotoGP qui sont restés derrière, mais je rappelle aussi que sa Kawasaki avait un alternateur et des suspensions Showa que personne ne veut en Grand Prix. Rea a fait une belle performance et je ne comprends pas pourquoi tant de gens de notre sport nie cette évidence ».

Tous les articles sur : Alvaro Bautista