Valentino Rossi l’a dit, Jorge Lorenzo l’a dit aussi : Les Honda et les Suzuki sont en train de rattraper les motos d’Iwata.

Et on peut le constater; les Yamaha, dominatrices en début de saison face à des Honda rétives et des Suzuki encore un peu jeunes, ont connu une période faste avant de connaître quelques péripéties et de se faire rattraper par la concurrence. Parmi ces imprévus, le problème moteur de Rossi au Mugello, bien sûr, qui pourrait engendrer une interrogation sur une éventuelle baisse du régime maximum (nous n’avons pas la réponse), mais aussi une évolution châssis essayée avec succès par Valentino Rossi au test de Brno (moindre rigidité de l’avant) et apparemment abandonnée depuis.

Bilan, les Yamaha qui devaient initialement participer aux tests privés post-Misano et post-Aragon avec Honda, se sont finalement désistées, préférant attendre une évolution plus substantielle à essayer.

Cette évolution,  Massimo Meregalli nous la promet plus tangible, via une déclaration à nos confrères de la Gazzetto dello Sport: “Nous n’avons pas régressé, mais c’est la Honda qui a fait de très grands pas en avant. Les derniers développements, je parle du cadre et du bras oscillant, n’ont pas donné les résultats que nous attendions, et les pneus jouent toujours un grand rôle: parfois en nous favorisant, parfois le contraire.
Nous aurions dû également tester à Misano et ici à Aragon, mais il a été décidé que nous essayerons la nouvelle moto seulement à la fin de la saison, après le test de Valence, les 23 et 24 novembre à Sepang.
La M1 a toujours connu des mises à jour; cette fois, il y aura quelque chose de nouveau et de plus complexe qu’au cours de ces dernières années. Ce ne sera pas une révolution, mais une évolution plus importante. Si nous avons retardé le début de la moto 2017, c’est parce qu’ils travaillent sur cette question au Japon.
Nous pensons que si nous manquons un peu de puissance en haut, la traction et la maniabilité de la M1 restent la référence. Nous aimerions trouver quelques chevaux en haut, sans en perdre en bas.”

Tous les articles sur : Jorge Lorenzo, Valentino Rossi