Cette conférence de presse pré-Grand Prix d’Italie réunissait pas moins de sept pilotes, avec Jorge Lorenzo, Marc Marquez, Valentino Rossi, Dani Pedrosa, Maverick Vinales, Andrea Iannone et Danilo Petrucci.

Et alors que l’on aurait pu croire que l’actualité des transferts allait déchaîner les questions des journalistes, cela n’a pas vraiment été le cas.
De plus, Valentino Rossi, bien qu’à domicile mais n’étant pas dans le feu de l’actualité, s’est contenté de réponses relativement brèves à des questions relativement peu intéressantes.

Vivement demain…

Valentino Rossi: “C’est toujours un week-end spécial et une course spéciale, ici au Mugello, car depuis ma première année en championnat du monde, le circuit est fantastique, l’un des meilleurs, tout comme l’atmosphère qui est toujours bonne, donc on doit essayer d’y être fort, d’y être compétitif, car durant les dernières années, j’y ai jamais été assez rapide pour lutter pour la victoire, ni pour y faire une bonne qualification. Donc cette année ,o n va essayer d’y être plus fort dès demain.  Et on espère une bonne météo car aujourd’hui il a fait très mauvais et je pense que tous les pilotes espèrent une bonne météo pour le week-end.”

Maverick Vinales sera votre coéquipier…

“Oui. je pense que ce sera très dur car Maverick est très fort, très jeune et avec un grand potentiel, donc j’aurais un autre coéquipier très fort.”

Vous êtes impliqués dans KISS, une opération pour conserver la propreté du Mugello…

“Oui. C’est très intéressant et nous vendrons également des t-shirts pour une organisation caritative, pour un hôpital à Florence,  afin de conserver le Mugello durable et également propre.”

Vous rappelez-vous votre première course ici, en Cagiva Mito?

“Non, je me rappelle davantage mon premier Grand Prix d’Italie en 125cc en 1996. C’était très bien, avant tout grâce au circuit dont le tracé est spécial, montant et descendant, un des meilleurs, mais également parce que, si le nombre de spectateurs est similaire à celui d’autres circuits, vous les sentez davantage ici car  ils sont plus proches de la piste. C’est une grande émotion, à Casanova et Savelli (virages 6 et 7) avec tout ce monde.

Concernant ma toute première course, je ne me souviens pas. Peut-être était-ce en Stock Production avec une Caviga Mito, mais quand vous débutez, le Mugello vous paraît très difficile et très long, et avec une Stock Production il vous faut peut-être une semaine pour faire un tour (sourires). mais après, année après année, vous apprenez les trajectoires et essayer de donner votre maximum.”

 

 

Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP