Cal Crutchlow a remporté sa deuxième victoire en Grand Prix ce dimanche sur le circuit de Phillip Island. Il devient le premier Britannique depuis Barry Sheene en 1979 à remporter au moins deux Grands Prix en 500cc/MotoGP au cours d’une saison.

God save the King


Crutchlow
a fait partie des seuls à opter pour le pneu avant dur au départ de la course avec Marquez, A. Espargaro, Viñales et Miller (voir ici).
Si Viñales, Miller et l’Anglais ont rallié l’arrivée, Marquez et Espargaro ont chuté de l’avant, “Si Marc n’était pas tombé au virage 6, je n’aurais rien pensé de tout ça,” explique Crutchlow. “Mais j’ai chuté à cet endroit il y a deux ans avec 4 secondes sur Vale et 10 secondes derrière moi. J’ai passé le reste de la course à penser que c’était un désastre. J’ai été prudent en ne freinant pas trop fort à cet endroit. Je ne gagnais pas de temps sur ce secteur. Je n’ai pas forcé lorsque le soleil brillait, car je savais que je pouvais garder le pneu à température.”

“J’ai maintenu mon rythme lorsque j’ai été informé que Vale était déjà revenu à 1.2s derrière moi. Je me suis dit que ce n’était pas possible qu’il soit déjà revenu si vite depuis la 15e place sur la grille,” ajoute le pilote Honda. “Il était difficile d’être tiraillé entre le fait de vouloir forcer et l’appréhension de tomber à cause du pneu avant. Mais je tiens à remercier Michelin qui a fait un excellent travail. Ce choix de pneu était le nôtre. Nous savions que ce pneu était critique, mais Maverick et moi avons terminé la course. Tout dépend de la façon dont vous roulez. J’ai simplement repensé à ma chute il y a deux ans.”

Crutchlow a marqué 121 points depuis le Grand Prix d’Allemagne contre 20 en début de saison, phénomène qui souligne la bonne dynamique du pilote , “Je suis dans un bon moment de ma carrière. J’ai visé plusieurs courses durant la saison et j’avais l’objectif de gagner ici. En arrivant à Phillip Island, j’ai confié à un journaliste que je venais ici pour gagner et je l’ai fait. C’est bien d’avoir gagné une course sur le mouillé et une autre sur le sec. Les gens pensent que vous êtes bon seulement sous la pluie dès lors que vous gagnez sous la pluie. Nous avons accompli du bon travail en deuxième moitié de saison. Nous avons changé de châssis durant le test à Brno et celui-ci correspondant davantage à mon style.”

L’équipe LCR figure parmi les seules à avoir participé au test Michelin à Sepang pour évaluer le nouveau revêtement, “Je ne pense pas que cela soit un avantage,” modère Crutchlow. “Nous avons roulé cinq secondes moins vite qu’en temps normal. La piste était très sale et humide. Ce fut un désastre sans réel bénéfice concret. Je ne sais pas si Michelin proposera les mêmes pneus le week-end prochain.”

Rossi conforte sa deuxième place au classement


Valentino Rossi compte désormais 24 points d’avance sur son coéquipier Jorge Lorenzo
au classement provisoire. Il a un instant cru à la victoire après la chute de Marquez, “Lorsque je me suis levé ce matin et que j’ai ouvert la fenêtre, je me sentais déjà plus satisfait,” explique Rossi. “Je savais qu’en faisant une bonne course, nous pouvions viser le podium.”

“J’ai essayé de rester concentré. J’ai beaucoup apprécié les dix premiers tours et lorsque j’ai vu Marquez tomber, je me suis dit que la victoire était possible. Cal était trop rapide et je n’ai pas pu revenir au contact. Je suis content de reprendre quelques points. Sepang sera un autre défi. Vous devez bien vous préparer en dormant correctement et en buvant le plus possible.”

Rossi ne cache pas avoir envisagé l’excellent rythme de Crutchlow en course, “Je m’attendais à ce que Cal soit rapide à Phillip Island, mais je m’attendais à l’être davantage après les résultats du warm up.” Durant le warm up, Rossi a profité des 30 minutes en piste pour travailler sur ses réglages pour le sec, “Nous n’avons rien changé entre le warm up et la course. Nous avons utilisé les réglages que nous avions trouvés le vendredi matin.”

Suzuki perd ses avantages grâce à Viñales


Maverick Viñales
signe son troisième podium de la saison. Auteur d’une troisième place au Mans, au Japon et en Australie ainsi que d’une victoire à Silverstone, l’Espagnol comptabilise 6 points de Concessions pour Suzuki.

La marque japonaise se voit retirer le droit de réaliser des tests librement à compter de ce jour jusqu’à la fin de la saison, mais ce ne devrait pas être un gros problème, à seulement deux rendez-vous de la fin de saison. Dès 2017, Suzuki sera logé à la même enseigne que Honda, Yamaha et Ducati : 7 moteurs par saison par pilote, développement moteur gelé et tests limités à 5 jours par saison.

Pour Davide Brivio, cela est une bonne chose et permettra de rivaliser à armes égales face aux autres constructeurs. Pour Viñales, qui quittera Suzuki en fin de saison, “Il est difficile de dire si je suis content ou triste. Cela n’a pas d’importance de réaliser plus de tests, je ferai de mon mieux jusqu’à la fin de la saison.”

L’Espagnol termine sur le podium pour la deuxième fois consécutive ce week-end à Phillip Island, “La lutte a été assez dure,” explique-t-il. “Il était difficile de faire confiance au pneu avant au départ de la course, mais j’ai pu revenir sur Aleix et Dovizioso très rapidement.”

“Je suis content de l’issue de la course après un week-end difficile avec notamment la chute en rentrant dans la pit-lane. C’est excellent de marquer les 16 points et de terminer devant Jorge.” Le pilote Suzuki compte 181 points et a encore la possibilité de jouer la deuxième place au classement face à Rossi (216) et Lorenzo (192), “La deuxième place sera difficile, car il y a beaucoup d’écart, mais la troisième est envisageable. Je suis content pour Cal et j’essaierai d’être aussi compétitif sur les dernières courses.”

Après la dernière course à Valencia, Viñales rejoindra Rossi dans les rangs de l’équipe Yamaha officielle. Rossi ne sous-estime pas pour autant le potentiel de ses coéquipiers, ancien et nouveau, “Je pense que ce n’est pas aujourd’hui que nous découvrons le talent et la vitesse de Maverick,” confie Rossi. “Lorenzo est un coéquipier redoutable capable d’être rapide immédiatement et partout. J’espère que Maverick le sera un peu moins. (rires).”

Tous les articles sur : Cal Crutchlow, Maverick Vinales, Valentino Rossi