Contrairement à une idée généralement reçue, Michelin a décidé de jouer la transparence pour son retour en MotoGP. Cela se traduit non seulement par des communiqués de presse très détaillés, à l’image de son prédécesseur, mais aussi par une ouverture certaine envers les journalistes.

Celle-ci vient d’ailleurs de monter encore d’un cran avec des débriefings face à la presse depuis Aragon. Et si cela ne suffisait encore pas, nous avons la possibilité d’interviewer Nicolas Goubert, Directeur adjoint, Directeur technique et Superviseur du programme MotoGP Michelin Motorsport, comme nous le faisons régulièrement.

Et dans notre dernière interview (voir le début ici), ce dernier ne nous a pas caché que Phillip Island restait un gros point d’interrogation en nous en expliquant les raisons:

Paddock-GP : Dans les courses à venir, Phillip Island présente-t-il un point d’interrogation ?

Nicolas Goubert: “Phillip Island, cela en est toujours un car c’est le plus gros défi de l’année pour les manufacturiers. On y avait fait de très bons essais en février/mars, et on était très content, mais suite aux modifications que l’on a dû faire après l’Argentine, on ne va pas arriver avec les modèles de pneus que l’on avait testés et qu’on croyait avoir finalisés. Cela reste donc un point d’interrogation.”

Michelin apporte donc de nouveaux pneus, jamais testés en Australie, sur un circuit qui avait déjà donné beaucoup de mal à son prédécesseur. On se souvient évidemment de l’édition 2013 qui avait été un véritable naufrage pour le manufacturier japonais, mais la saison suivante, malgré un nouveau pneu asymétrique avant, avait également été loin d’être parfaite avec les chutes de Marc Marquez, Pol Espargaro et Cal Crutchlow au freinage du célèbre Honda corner.

Bref, le chaudron australien dont la soupe épicée est constituée des ingrédients suivants, températures souvent basses, déséquilibre entre les 5 virages à droite et les 7 à gauche,  récent revêtement abrasif, tracé tout en courbes fluides engendrant à la fois la vitesse moyenne et les températures de pneus les plus élevées de la saison, représente LE défi de l’année pour n’importe quel manufacturier, y compris donc, Michelin !

 La réponse du Bibendum ? 

Les pneus avant soft (bande blanche) et hard (bande jaune) ont une construction asymétrique avec un côté gauche renforcé. Un medium (sans bande) est également disponible.
A l’arrière, deux nouveaux pneus sont proposés en medium (sans bande) et hard (bande jaune). Tous deux sont asymétriques avec là aussi une épaule gauche renforcée.

Nous reproduisons ci-dessous le communiqué officiel.


MICHELIN EN AUSTRALIE POUR SON PROPRE GRAND PRIX !

Michelin traverse l’équateur pour la 16e manche du Championnat du monde MotoGPTM sur le circuit de Phillip Island, la course la plus australe de la saison dont Michelin est sponsor-titre cette année.

Le Michelin®Australian Motorcycle Grand Prix. C’est la toute première fois que le manufacturier de pneumatiques français est sponsor-titre d’une course et Phillip Island est certainement un circuit qui va pousser les pneus MotoGP à leurs limites. Long de 4,448 km, ce circuit est rapide et vraiment difficile pour les gommes. Michelin a donc développé de nouveaux produits tout spécifiquement pour ce tracé et son revêtement. Grâce aux informations recueillies lors d’essais très positifs effectués en début d’année, Michelin propose une gamme de trois slicks avant et deux arrière. Le MICHELIN Power Slicks avant est disponible en soft (bande blanche), medium (sans bande) et hard (bande jaune). Pour parer aux difficultés de ce circuit et notamment ses longues courbes rapides qui font sa réputation, les versions soft et hard ont une construction asymétrique avec un côté gauche renforcé. A l’arrière, deux nouveaux pneus sont proposés en Australie, disponibles en medium (sans bande) et hard (bande jaune). Tous deux sont asymétriques avec là aussi une épaule gauche renforcée.

Phillip Island connaît souvent quatre saisons en une journée. La météo versatile, pouvant passer en très peu de temps d’un chaud soleil à une pluie froide, joue un rôle très important dans la course. Pour parer à toutes les conditions, Michelin a acheminé trois pneus pluie avant et deux arrière. Les MICHELIN Power Rain avant sont disponibles en extra soft (bande bleu clair), soft (bande bleue) et medium (sans bande), et les arrière en soft (bande bleue) et medium (sans marquage). Le MICHELIN Power Inter (bande argentée) pourrait lui aussi être très utilisé pour offrir aux pilotes les meilleures performances sur une piste séchante.

Le circuit de Phillip Island est l’un des plus rapides au monde et peut-être le plus pittoresque. Situé près de Melbourne, dans l’état de Victoria, il domine magnifiquement l’Océan Pacifique. Les courbes rapides, le dénivelé et les lignes droites donnent l’impression que les pilotes vont plonger dans la mer. Phillip Island est un rendez-vous incontournable du calendrier MotoGP, pilotes et fans l’adorent. Ce circuit rapide et difficile offre les courses les plus passionnantes de la saison. Michelin est fier d’être associé à cet événement.

Michelin et le paddock du MotoGP vont prendre la piste vendredi 21 octobre pour les deux premières séances d’essais libres, les qualifications étant programmées le jour suivant. Elles décideront de la grille de départ de cette course longue de 27 tours. Le feu vert sera donné dimanche à 16h00 heure locale (7h00 heure française).

Piero Taramasso – Manager Deux-roues Michelin Motorsport :

« Phillip Island est un circuit vraiment spécial, il n’y a aucune piste semblable au calendrier et cette année, l’épreuve aura une connotation particulière car c’est la première fois que Michelin sponsorise une course de MotoGP. Le marché Asie-Pacifique est très important pour Michelin et l’une des missions de Michelin Motorsport est d’accompagner le développement de la partie business. Le partenariat avec cette course est donc très important pour le département marketing de cette région et nous donne aussi la possibilité de prouver notre véritable engagement dans le plus grand championnat moto au monde. Michelin sponsor de l’événement, nous allons forcément être sous le feu des projecteurs alors que notre tâche s’annonce très difficile ce week-end. C’est l’un des circuits les plus exigeants de la saison pour les pneumatiques et nous avons dû développer un pneu spécifique. Sans aucune information de course des sept années précédentes, nous avons peu de données exploitables. Mais les tests effectués ici-même en début d’année ont été très positifs – malgré la pluie – et nous avons pu collecter de précieux datas de tous les pilotes et teams. Nous avons conçu un pneu que nous pensons être le mieux adapté. Il s’agit d’une toute nouvelle gomme. On peut même dire que c’est le « pneu Phillip Island » car il ne sera pas utilisé ailleurs. Le circuit de Phillip Island est très abrasif ; nous en avons tenu compte dans la conception du pneu, ainsi que des courbes rapides.  Le pneu avant est asymétrique pour donner le meilleur grip aux pilotes sur cette piste. »

racecard

Tous les articles sur :