Barcelona-Catalunya a été construit entre 1989 et 1991 pour doter la Catalogne d’un circuit  moderne après des décennies lors desquelles la compétition moto de vitesse s’y était principalement déroulées en deux lieux; Sitges, et le parc de Montjuic.

Si ce dernier peut encore évoquer quelques belles passes d’armes pour les plus anciens d’entre vous, rares sont ceux qui soupçonnent l’existence du spectaculaire tracé de Sitges Terramar, une sorte de Monthléry français dont les prémices remontent en 1922 mais qui, malheureusement, sera loin de connaître le succès escompté.

Certes, ce n’est pas tout jeune, mais sans vous infliger ce soir l’historique complet de ces installations qui datent d’une époque où se doter d’un autodrome était alors un signe de prospérité et de modernisme, sachez simplement que vous encore le parcourir à pieds et vous imprégner des lieux.

Pour cela, rendez-vous simplement à Sitges, commune située à une bonne vingtaine de kilomètres au sud de Barcelone par l’autoroute C-32, sortez à la sortie #26 et laissez-vous descendre vers la mer; vous trouverez alors l’autodrome sur votre gauche, quasiment libre d’accès si tant est que vous demandiez poliment le droit de le parcourir à pieds à une des trois ou quatre familles qui y habitent…

Et si les années 30′ ne sont pas votre truc mais que vous êtes assez nostalgique de l’époque des 2temps, et donc des Derbi en Espagne, nous vous suggérons un petit tour à environ 5 kilomètres du circuit de Barcelona-Catalunya,  l’usine Derbi désormais muette de Martorelles, saura néanmoins raviver le souvenir du crépitement des 125 RSA conçues par Jan Thiel et Frits Overmars, et avec lesquelles, sans parler d’Angel Nieto et d’une multitude d’autres pilotes, Johann Zarco aura su nous faire vibrer…

Tous les articles sur :