Les courbes sont toujours intéressantes à regarder, même s’il nous manque parfois des facteurs qui pourraient nous en expliquer leur allure…

Vinales : le pilote Yamaha attend le sixième tour pour augmenter son rythme après un début de course très prudent pour gagner peu à peu en confiance. Cela fonctionne et lui permet de réaliser son meilleur chrono en course lors de son dernier tour, résistant ainsi à l’ultime pression de Dovizioso.

Dovizioso : équipé comme Zarco d’un pneu tendre à l’arrière, le pilote italien l’a ménagé du mieux possible pendant les deux tiers de la course. Cela lui a permis de lutter avec Vinales lors du dernier tiers. La course s’est jouée au 19e tour, mais visiblement pas à cause de l’état de fraîcheur des pneumatiques du pilote Ducati.

Rossi : une fois de plus, une des courbes les plus plates de la course. Le pilote Yamaha augmente très progressivement son rythme jusqu’au 16e tour avant de devoir relâcher face à une légère dégradation de ses pneumatiques.

Zarco : là, c’est clair. Début de course en fanfare grâce au pneu tendre arrière. Le pilote français attaque jusqu’au quatrième tour, puis relâche un tout petit peu la pression. Il chute dans le septième tour. Son pneu arrière tendre aurait-il pu tenir toute la course au même rythme ? On peut en douter, mais on ne connaîtra jamais l’issue de la course “avec des SI”, d’autant plus que la stratégie était peut-être de miser sur un éventuel retour de la pluie venant l’interrompre…

Graphique en taille originale (1276 pixels)

Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso, Johann Zarco, Maverick Vinales, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team, Monster Yamaha Tech3, Movistar Yamaha MotoGP