Converser avec Carlo Pernat, celui qui a entre autre déniché Valentino Rossi, Marco Simoncelli et Andrea Iannone, est toujours un plaisir. Non seulement grâce à son chantant accent italien qui apporte un incontestable charme méditerranéen à ses propos, mais surtout car l’homme ne manie jamais la langue de bois, quelque soit le sujet.

“On ne sait pas si c’est la vérité, mais c’est ce qu’on pense” est son leitmotiv pour qualifier ses propos à la fin d’une interview…

A la veille de la reprise des hostilités, il n’y avait donc aucune raison de  faire l’impasse sur les quelques questions du moment…

Note: Interview réalisée en français

Carlo, les choses semblent avoir été un peu plus difficiles lors des essais au Qatar, par rapport à l’Australie et la Malaisie…

Carlo Pernat: “Oui. On avait terminé l’année dernière d’une belle manière, aux essais de Valencia. La moto, elle, n’a pas changée, seulement des détails. Elle roule bien. En Malaisie, il n’était pas mal. Il a fait le deuxième chrono au total. Mais, à partir de l’Australie, sont arrivés quelques problèmes concernant du chattering à l’avant. C’est le seul problème. On a trouvé une solution durant la dernière demi-heure du dernier jour au Qatar. Avec ça, la moto fonctionnait vraiment beaucoup mieux mais on verra dès les essais de jeudi si cette solution se révèle encore positive. Passer de Ducati à Suzuki, c’est sûr que c’est bien mais tu dois parfois changer un peu la manière de faire de la compétition, de piloter d’une autre manière. Surtout sur l’avant, parce que la Suzuki a un bon châssis mais quand tu arrives dans les freinages et que tu rentres dans la courbe, là, tu as un peu du chattering, tu dois changer un petit peu et pas faire les freinages très forts. C’est un peu différent. ”

On parle de courir sous la pluie, mais on entend aussi que les pilotes sont plutôt contre. Quel est votre avis sur la question ?

“Non, non, non, s’il vient la pluie, on ne peut pas rouler. Je pense qu’on ne doit pas rouler, c’est très dangereux. S’il y a la pluie, avec les reflets, c’est vraiment dangereux. Absolument. Je dis non, la sécurité, c’est la première chose. Quand on était au Qatar, on n’a pas parlé de ces choses là, on a juste fait les tests. Donc, je n’ai pas parlé aux pilotes, mais si tu me demandes, je dirais toujours non. Rappelle-toi en 2009, on a roulé le lundi soir. Non, non, non, absolument non à 100 %. La sécurité, c’est la première chose pour les pilotes.”

On se rappelle qu’après les tests de Valence, vous aviez dit « oui, mais attention » au sujet de Jorge Lorenzo qui avait impressionné le premier jour, et moins le second puisque notablement moins rapide que son coéquipier…   Cela semble toujours le cas aujourd’hui, donc vous aviez raison ?

“Oui, j’avais raison car je connais bien la moto faite par Ducati. Si tu viens de 5 ou 6 années de Yamaha, qui est la meilleure moto du paddock, tu prends la Ducati et c’est complètement différent. C’est une moto physique, c’est une moto très difficile à conduire. Moi je l’ai dit le deuxième jour, et tu as vu que, après, les choses sont devenues comme ça. Je pense qu’il faudra du temps, pour Lorenzo. La chose positive, c’est qu’au Qatar, la moto marche bien. C’est un circuit où la Ducati peut toujours gagner. Ça c’est une bonne chance pour Lorenzo. Ce n’est pas comme à Jerez ou à Barcelone. Alors, peut-être que si tu fais de bons résultats ou que tu gagnes, alors le moral peut t’aider à continuer à faire quelque chose de bien. Mais je pense quand même qu’il aura quelques problèmes cette année et qu’il ne gagnera pas le championnat du monde. Honnêtement.”

Alors justement, lors des essais au Qatar, on a vu un Andrea Dovizioso très rapide… Qui va gagner, dimanche ?

“Bien, mois je dis une chose : la surprise, ce sera peut-être Dovizioso, car il a fait de bons tests, il a fait de belles simulations de course, comme Maverick. Ce sont les deux qui ont fait de beaux runs longs, avec Bautista. Je pense que Vinales est nettement le meilleur dans les tests, il n’y a pas de problème, mais il faut voir ce qu’il fera avec la Yamaha. Je pense que les deux surprises sont Dovizioso et Maverick. Mais si je dois dire qui gagne, ce n’est pas facile car il faut aussi faire attention à Valentino. Il a eu de grands problèmes, mais on sait bien qu’après, il se donne toujours à 100% pendant la compétition. Mais je dis: ou Vinales, ou Dovizioso.”

Que pensez-vous des nouveaux carénages ?

“Pour moi, c’était une grande stupidité d’avoir enlever les ailerons. Car honnêtement, Ducati a eu cette idée formidable, et après tout le monde, Honda, Yamaha, a copié et a fait les ailerons. Après, pour des raisons politiques, Honda a pratiquement tué cette chose. Et tu as vu que pour Ducati, c’est un problème, car c’était vraiment une chose importante pour eux. Les choses techniques changent mais j’espère qu’on ne va pas, comme en Formule 1, avoir l’avant des motos très large. Avec un avant très large et beaucoup d’appui, les F1 font de moins en moins de dépassements. Ce n’est pas ça, le sport. Si Ducati met un carénage ,comme ça, les autres feront pareil. Après, quand tu es derrière une moto comme ça, ce n’est pas une chose positive. C’est comme en F1: avec les turbulences, tu perds la possibilité de dépasser. La force du sport moto, ce sont les dépassements. J’espère que ça ne passera pas l’homologation, sinon on ne va pas s’amuser. Et ce sont des coûts encore plus élevés.”

Merci Carlo, pour ce franc parler, et n’oubliez pas votre parapluie…

Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar