Après ceux de Buriram, nous reprenons à l’occasion de ces tests à Losail notre habitude de vous reporter intégralement les propos de Johann Zarco, de façon brute, donc sans aucune mise en forme ou déformation journalistique.

A côté de la communication parfois un peu formatée des traditionnels communiqués de presse, les échanges entre le pilote français et les journalistes dans l’hospitalité du team Monster Yamaha Tech3 sont d’une richesse et d’une simplicité que les vrais passionnés apprécieront (vous pouvez retrouver tous ses débriefings passés dans notre rubrique “Interviews“).

Il y a toujours le petit détail qui nous fait plonger chaque jour davantage en immersion dans le monde de la MotoGP…


Johann Zarco : « Je suis content d’être au Qatar, la Thaïlande s’est super bien passée pour moi. Je termine deuxième avec un chrono très rapide. Je souhaite me sentir aussi bien ici au Qatar. L’équilibre de la moto est plutôt bon. Mon souhait est d’utiliser cette moto à 100 % tout le temps, donc je dois me concentrer là-dessus, et l’objectif est également de faire des runs plus longs car j’ai fait beaucoup de sorties à Buriram, mais très courtes. Maintenant, il faut préparer la course. Ce sont donc les deux objectifs : utiliser la moto à 100 % et faire des longs runs pour préparer la course. Et enfin, prendre du plaisir parce que durant ces trois derniers jours de test, il y a beaucoup d’informations à prendre pour préparer le week-end dans deux semaines. »

Après l’annonce de la séparation entre Tech3 et Yamaha en 2019, quelle est votre situation aujourd’hui ?

« Ma situation n’a pas changé. J’ai toujours mon objectif de me battre dans le groupe de tête avec ma Yamaha du team Tech3. Pour le moment, je suis concentré là-dessus, et ce qui se passe autour concernant l’année prochaine n’est pas mon travail. Personnellement, mon job est de travailler et de me concentrer sur le présent »

Avez-vous un plan et un objectif pour ces tests au Qatar ?

« L’objectif est de rester au top, comme je l’ai été à Buriram. C’était fantastique. Je vais faire des runs plus longs car la course, ici, comporte 22 tours. Je vais donc essayer de faire plus de 10 ou 15 tours à de nombreuses reprises pour travailler en vue de la course. J’espère retrouver le même équilibre que j’ai senti à Buriram. Nous n’avons pas énormément de choses à essayer sur la moto, mais nous devons trouver les meilleurs réglages et attaquer à 100 %. »

L’année dernière, vous aviez mené pour votre première participation. Avez-vous appris de cette expérience ?

« J’ai pu apprendre que mener la course était vraiment bon (rires), mais finir la course est encore mieux. Si je peux avoir le même départ lors de la course de dimanche, ce serait fantastique, mais à coup sûr je veux rapporter des gros points, et finir sur le podium serait déjà fantastique. »

Il fait plus froid ici qu’en Thaïlande et vous allez un peu rouler la nuit. Qu’est-ce que cela change ?

« Normalement au Qatar, même la nuit, les températures devaient être plutôt bonnes. En ce moment, pour les tests, nous avons des températures qui ne sont pas froides mais un peu plus fraîches, mais nous avons de bons pneus pour cela et Michelin a apporté des pneus plus tendres que l’année dernière. La sécurité est donc assurée pour tous les pilotes et c’est le point important. Nous connaissons également la moto avec des conditions froides dans de nombreux pays en Europe, nous la pilotons parfois quand il fait très froid. La chose la plus importante est d’avoir de bons pneus, et je pense que nous les avons. »

Crédit photos: Tech3