Ce rendez-vous autrichien du MotoGP a tout d’un piège pour le leader du championnat Marc Márquez. Il n’a pas été des essais préliminaires en juillet, il sait que les Ducati se plaisent sur le Red Bull Ring et les Yamaha ont pu y travailler. Le voilà dixième à la fin de cette journée de reprise. De quoi s’inquiéter ? Que nenni. L’officiel Honda est même ravi.

Septième le matin à un peu plus de quatre dixièmes du meilleur chrono de Viñales et carrément dixième l’après-midi à près d’1s5 de la plus belle performance de la séance réalisée par Dovizioso. A lire comme ça, on se dit que Marc Márquez n’est pas dans le bon sens pour poursuivre son meeting autrichien. Mais en fait, il est serein et même satisfait de ce qu’il a vu lors de cette entame sur le Red Bull Ring : « la journée a été certes difficile puisqu’il a fallu travailler très dur et rester concentré. Nous n’avons pas fait les essais de juillet et ma connaissance des lieux se limitaient à une expérience avec une moto quasi de série. Les repères sont différents avec une MotoGP et la piste est plus étroite ! »

« Mais tout compte fait, ça n’a pas été un problème. Je pensais cependant que l’on partirait d’une meilleure base du point de vue électronique. On a amélioré la situation dans la FP2. Je suis dixième, mais il n’y a pas de quoi s’inquiéter car je suis resté en pneus durs contrairement à mes adversaires. J’économise mon capital pneumatique pour la suite ».

Il poursuit en portant son regard sur les forces en présence : « la cinquième place de Crutchlow me rassure car il était en gommes fraîches. Je vois que les Yamaha sont facilement accessibles et elles sont les rivales pour la course au titre. Quant aux Ducati, elles sont effectivement très rapides. Elles seront difficiles à battre mais nous essaierons. Nous verrons notamment comment elles vont gérer l’usure de leurs pneus sur la longueur de la course. Ma priorité sera de garder les deux Yamaha sous contrôle ».

Tous les articles sur : Marc Marquez