Après une première journée dans le froid, le second chapitre du Grand Prix d’Autriche s’est terminé sous le soleil et une température idéale. Les conditions étaient donc réunies pour améliorer les temps réalisés vendredi.

Quelques éléments à retenir du samedi à Spielberg…

Yamaha tient tête à Ducati, Honda n’est pas loin

“Ce matin, nous avons essayé de changer certaines choses sur la moto pour améliorer l’accélération, mais nous avons souffert. Nous avons fait du bon travail cet après-midi avec l’équipe,” affirme Valentino Rossi à l’issue de la journée. “Je me sens bien depuis vendredi. Je pense que les pilotes les plus forts de la saison occuperont les deux premières lignes demain et cela pourrait donner lieu à une bonne course.”

En première ligne, le pilote Yamaha s’élancera entre les deux Ducati officielles d’Andrea Iannone et d’Andrea Dovizioso. Si l’homme de Tavullia tient à se battre pour la victoire en restant au contact et dans l’aspiration des D16GP, il s’attend aussi à devoir tenir tête à ses deux rivaux pour le titre, Jorge Lorenzo et Marc Marquez, qui s’élanceront depuis la deuxième ligne.

Jorge Lorenzo a lui aussi tenu tête aux Ducati en Q2, “La situation est différente du test,” explique-t-il. “Nous avons trouvé de nouveaux réglages, la température était parfaite… toutes les conditions étaient réunies aujourd’hui.” Le Majorquin souligne qu’il devra tenir un meilleur rythme demain afin d’être au niveau de ses rivaux sur la durée de la course.

Pour tenter d’y parvenir, le choix des pneus sera un paramètre important en fin de course (28 tours). Les Ducati avaient d’ailleurs souffert durant le test sur ce tracé avec les Michelin qui se détruisaient au bout de quelques tours, “Je pense que Michelin a bien travaillé durant la trêve,” explique Andrea Iannone. “J’ai essayé le tendre et le dur aujourd’hui et j’ai un bon feeling sur les deux.”

Les Ducati semblent en mesure tenir un rythme élevé sur des pneus usés. Andrea Dovizioso l’affirme, “Nous avons une bonne vitesse et il est habituellement important d’essayer de gérer au mieux l’usure des pneus,” ajoute-t-il.

Durant la FP3, Marc Marquez a manqué de percuter son coéquipier Dani Pedrosa au virage 3, “C’est pleinement de ma faute,” dit-il. “Dani se trouvait loin devant. Il a commis une erreur, élargi, puis il a ralenti sur la trajectoire extérieure. J’ai aussi élargi, une erreur classique sur ce virage. Dani se trouvait là et j’ai chuté pour éviter un gros crash.”

Marquez s’est déboîté la même épaule que lors du Grand Prix de Grande-Bretagne en 2013, “L’épaule va bien. Je me suis déboîté l’épaule gauche, mais la droite est plus douloureuse en raison de l’impact. Ce n’est pas la première fois que je me la déboîte. Lorsque je suis monté sur le scooter, elle s’est remise.”

Pour combler l’écart sur les Ducati, Marquez est contraint de freiner à la limite, “Ce circuit n’est pas le meilleur pour nous. Nous devons encore comprendre comme appréhender la course demain. Nous essaierons d’être les plus proches possible de Yamaha, car nous ne sommes pas si loin.”

À noter que c’est le plus mauvais résultat en qualification de l’Espagnol depuis le Grand Prix d’Italie 2015.

La consommation nuit à la puissance

Jorge Lorenzo est tombé en panne après son passage sous le drapeau à damier de la Q2, “Nous ne savons pas encore ce qui s’est passé, mais cela pourrait être un problème demain,” explique le Champion en titre.

Du côté de Ducati, Andrea Dovizioso précise, “Nous avons travaillé sur ce point durant la FP3 et FP4 et nous avons trouvé un compromis nous permettant de garantir une puissance motrice suffisante.”

Pour Loris Baz, qui annoncera sa prolongation avec l’équipe Avintia pour 2017 demain matin, “C’est un souci que nous rencontrons sur tous les circuits, mais nous devrons encore travailler sur ce point. Cela réduira notre puissance alors que nous cherchons justement à en obtenir davantage en temps normal.”

Le respect des règles

Vers 22h, l’équipe SKY VR46 a publié un communiqué de presse annonçant la suspension de Romano Fenati pour non respect des règles au sein de l’équipe. L’Italien ne prendra donc pas le départ de la course demain.

Selon nos informations, il y aurait eu des frictions entre le pilote et les membres de l’équipe (et non les pilotes). Pire, Fenati serait même évincé de l’équipe et devrait se trouver un autre guidon. L’équipe SKY VR46 chercherait un nouveau pilote pour le remplacer dès le Grand Prix de République Tchèque la semaine prochaine.

Il y a fort à parier que ce pilote pourrait être Marco Bezzecchi qui dispute ce Grand Prix d’Autriche en tant que wildcard pour Mahindra. Bezzecchi est déjà impliqué dans le VR46 Riders Academy.

L’équipe n’en est pas à son premier licenciement. En 2014, elle s’est séparée Vittoriano Guareschi (Team Manager), puis de Rossano Brazzi, chef mécanicien de Romano Fenati à ce moment-là.

Toujours selon nos informations, Fenati devait rejoindre son ancien coéquipier Francesco Bagnaia en Moto2 la saison prochaine en accompagnant la création d’une structure Moto2 SKY VR46. Si cette séparation se confirme, le projet d’une équipe Moto2 pourrait se limiter qu’à un seul pilote…

Zarco en pole position

“Je ne veux pas être victime d’un excès de confiance qui me ferait perdre mon humilité,” déclare Johann Zarco après la qualification. “Je me suis vraiment amusé sur la moto depuis vendredi. C’est un circuit technique malgré l’apparence et l’asphalte y est très bon : je peux prendre de l’angle et cela me donne l’adrénaline nécessaire pour prendre du plaisir.”

Sur ses huit dernières poles, Zarco a remporté sept victoires et s’est hissé une fois sur la 2e marche du podium. Avec 25 points d’avance sur Rins au classement, Zarco se méfie, “Je me concentre uniquement sur ma course, à prendre du plaisir et à tenter de prendre l’avantage dès les premiers tours. Mais, selon moi, il faut faire attention à Rins. Il est peut être 9e sur la grille, il a un bon rythme et est capable d’accomplir de grandes choses.”

La radio ?

La Dorna réfléchit à permettre aux équipes d’envoyer des informations aux pilotes directement sur leur tableau de bord. Cela existe déjà aujourd’hui depuis l’introduction du transpondeur bidirectionnel en 2014. Ce transpondeur permet de recevoir des informations de la moto, mais permet aussi de lui en envoyer.

L’objectif est de fournir des informations de sécurité générale telles qu’un drapeau jaune ou rouge ou d’autres données plus spécifiques à un pilote en particulier comme un drapeau noir ou un bleu selon sa position sur le tracé. En 2015, Jordi Sais, responsable de la cellule Timekeeping de la Dorna, nous avait déjà confié vouloir tester l’envoi de messages depuis les équipes.

Du côté des pilotes, les avis sont partagés, “Je pense que cela pourrait être utile. D’abord pour des raisons de sécurités, mais aussi pour donner quelques directives par temps de pluie par exemple,” confie Valentino Rossi. “Je suis même pour la radio, car je pense que c’est important durant les courses où il pleut.”

Pour Maverick Viñales, “Cela doit être limité uniquement à des informations classiques. En dehors de ça, cela ne doit pas interférer dans le comportement du pilote sur la moto.” Andrea Dovizioso est sur le même avis que l’Espagnol. Pour Eugene Laverty, cela “dépend du type de message envoyé.”

Ce système de communication équipe-pilote par tableau de bord devrait être testé lors de l’un des prochains Grands Prix, probablement en Aragon.

Tous les articles sur :