Cette saison, décidément, Andrea Iannone est du genre à se faire des amis sur la piste. Andrea Dovizioso en entame de campagne, Jorge Lorenzo ensuite, sans compter quelques anicroches çà et là. Celui que l’on surnomme « le Maniac » met l’ambiance. Ce week-end, il s’est fait un nouveau fan en la personne d’Eugène Laverty.

Une bisbille, une mésentente sur la piste lors de la FP2 mettant aux prises deux pilotes dans un tour rapide. Mais un était plus lent et l’autre plus rapide a voulu l’effacer de sa trajectoire. Au bilan, chacun a perdu son tour. Mais comme souvent avec Iannone, c’est l’après qui a mis le feu au poudre. On se souviendra qu’avec Lorenzo, l’Italien avait demandé à sa victime s’il n’avait pas eu un problème qui aurait la cause de l’accident. Lui faisant ainsi porté à chaud la responsabilité de l’accrochage. Une première approche qui avait rendu furax Por Fuera.

Là, on a le même scénario. Iannone a demandé à l’Irlandais d’être plus attentif la prochaine fois et de s’écarter de la trajectoire. Sauf qu’il n’était pas dans un tour de décélération, mais bien en plein effort : « il n’a du respect pour personne » fulmine le pilote Aspar sur crash.net. « Je faisais mon tour rapide et il a forcé pour me dépasser. Une fois ceci fait il m’a fait des gestes pour que je dégage le chemin devant lui. Je n’en ai pas cru mes yeux. Il doit apprendre le respect. J’étais peut-être moins rapide que lui, mais je n’étais pas au ralenti sur la trajectoire ».

Un incident qui s’est poursuivi lors des essais de départ où Laverty a été très expressif à l’arrêt à l’encontre de Iannone : « ce gars-là fait n’importe quoi sur la piste depuis le début de l’année. Là, c’était le bouquet. Il se fait appeler « crazy joe », mais il n’est pas si fou que ça. Quand il m’a vu furieux, il n’a pas demandé son reste. Vous devrez avoir du respect pour les autres lorsque l’on roule à plus de 300 km/h. Depuis l’âge de 5 ans, mes parents m’ont appris le respect et depuis je m’y astreints ».

La parole est à la défense. Iannone s’est défendu en allant sur le terrain de l’incompréhension du fait de son Anglais approximatif. Il n’aurait pas demandé à Laverty de dégager mais de le suivre pour l’aider. Et puis sa manœuvre a été un geste réflexe pour éviter un accident. Des arguments qui n’ont pas du tour convaincu Laverty qui a averti : il n’y aura pas de prochaine fois… On notera que l’Irlandais est pour le moment avant-dernier et l’Italien second. Les deux sont membres du clan Ducati.

Tous les articles sur : Andrea Iannone, Eugene Laverty