Pour Viñales, c’est un scénario qui se répète souvent depuis le début de la saison. Tant que les températures sont fraîches et qu’il ne pleut pas, il arrive à s’abonner aux avant-postes. Mais lorsque la température monte, sa GSX-RR se désunit et le futur équipier de Rossi doit rendre la main. Comme une fatalité que cet après-midi autrichien a répétée.

Il aura suffi de 26° dans l’air pour refroidir les ambitions d’un Maverick Viñales qui réalise cependant un parcours séduisant sur le Red Bull Ring. Constamment dans le top 5 depuis l’entame des hostilités, il a dû se résoudre à la sixième position au terme des qualifications. Rien de rédhibitoire, mais l’Espagnol attend mieux, et aimerait surtout ne pas rencontrer toujours les mêmes soucis dans les mêmes circonstances : « lorsque la température augmente, il est impossible de rouler vite » regrette l’équipier d’un Aleix Espargaró neuvième malgré une fracture à un doigt contracté après une chute la veille.

Il poursuit : « nous avions légèrement progressé par rapport à la séance du samedi matin, mais pas suffisamment. Nous devons travailler plus fort. Je ne sais pas d’où ça vient, de l’électronique ou de la configuration de base de la moto. Le matin, je me sentais bien  mais il a fait plus chaud lors des qualifications. Il était devenu impossible d’accélérer correctement. Le pneu arrière n’arrêtait pas de patiner ».

« Nous devons enfin trouver une solution », a martelé le Champion du Monde de 2013 du Moto3.  « Car c’est toujours pareil, vous essayez de pousser à 100%, mais c’est impossible. Certes, les ailerons nous ont aidés. Mais ce n’est pas suffisant ». Et côté pneus pour la course ? « J’ai roulé avec les durs mais j’ai vu Dovizioso et Iannone choisir le pneu tendre. Je me déciderai demain au dernier moment. Je sais que je peux rouler en 1’24 avec des pneus usés, ce qui est bon. J’essaierai aussi de dépasser sur les freins ». Il faudra surveiller Viñales ce dimanche. Il n’a pas l’intention de jouer les figurants.

Tous les articles sur : Maverick Vinales