C’est un Jorge Lorenzo au sourire retrouvé qui a terminé sa seconde journée en Autriche. Saisi par le froid la veille et en proie au doute, il a profité d’un soleil roboratif pour hausser le rythme et retrouver la confiance. On est encore loin du marteau mais il a été à la pointe du combat lors des qualifications. Et il enfoncerait bien le clou en course…

A un moment, le Champion du Monde en titre s’est retrouvé en pole-position. Pas longtemps certes, mais le moment a été apprécié. Au point que de se retrouver seulement quatrième à la fin des hostilités ne l’a pas perturbé. Ni les remarques de Márquez, affirmant à qui veut l’entendre qu’il saura le mettre au pas dimanche, au contraire de son équipier Rossi.  Car il revient des abîmes le Por Fuera : « je suis très satisfait. Ma position sur la grille n’est peut-être pas la meilleures, mais elle n’est pas mal. Le plus important est d’avoir pu réduire considérablement l’écart depuis vendredi avec les hommes de tête. Mon tout était presque parfait. J’aurais pu être encore deux ou trois dixièmes plus rapide ». Ce qui lui aurait donné la pole.

Du coup, il est intarissable : « nous avons progressé dans nos réglages, je pouvais attaquer plus lors des qualifications. Et puis les Ducati ne sont pas si loin. Je les attendais en 1’22.9 ou 1’23. Mais ça n’a pas été le cas. Ce n’est donc pas si facile pour eux ». Entre temps, on se rappellera que les Ducati ont travaillé sur leur consommation d’essence, et donc sur la manière de tempérer leur puissance…

Justement, à propos d’essence, le Majorquin est tombé à sec lors de son tour de décélération au terme des qualifications…. « Cela doit être résolu d’ici à demain » promet l’équiper d’un Rossi coincé en première ligne entre les deux Ducati. « Ce sera une longue course. Dans la seconde partie de la course il faudra tourner régulièrement en 1’24 pour être compétitif. Le vendredi, les pneus tendres n’ont pas tenu à cause du froid mais aujourd’hui, entre le dur et le tendre, la différence n’était pas énorme. Nous devons analyser la possibilité de prendre le tendre. Personne ne sait comment ce pneu se comportera à la fin de la course. La même question se pose pour le pneu avant ».

On se souviendra que Márquez a déjà juré monter l’arrière dur demain : « contre Marc rien n’est jamais facile. Je pense avoir le même rythme que lui et Rossi. Les Ducati sont rapides, mais pas loin ». Pas de doute, Lorenzo a retrouvé le moral.

Tous les articles sur : Jorge Lorenzo