C’est un samedi douloureux et compliqué qu’a vécu un Marc Márquez qui, cependant s’en sort très bien. Victime d’une violente chute qui lui a rappelé combien était douloureux le fait de se disloquer une épaule, il a serré les dents pour tout remettre en ordre et se mettre la tête dans le guidon. Au terme de cette éprouvante journée, le voilà cinquième et prêt à limiter les dégâts au championnat.

Car d’idée de victoire, il n’y a pas. Faisant le bilan de son parcours, il a surtout affiché l’ambition de rester coller aux deux pilotes Yamaha qui sont ses rivaux dans la course au titre : « nous le savons depuis vendredi, les Ducati sont rapides et on a vu que les Yamaha l’étaient aussi lors des qualifications. Nous verrons comme les Ducati gèrent leurs pneus, mais nous pouvons suivre sans problème Lorenzo. Concernant Valentino, je ne me prononcerai pas avec certitude, mais il semble avoir un meilleur rythme que moi. Mais si je réussi un bon départ, peut-être que je pourrai rester dans son sillage ».

Il décortique : « dans le secteur 3, je suis bien car il n’y a pas de fortes accélérations. Mais dans le premier secteur qui fait parler la puissance moteur, je perds quatre dixièmes sur la Ducati et pratiquement trois sur les Yamaha. Nous allons voir comment gérer cette situation pour la course. Nous prendrons le pneu dur arrière. Mais ce n’est définitivement pas notre circuit. Nous sommes cependant très proches des Yamaha ».

Là-dessus, il se fait nostalgique : « en 2015, avec les Bridgestone, on pouvait prendre les courbes plus vite. Avec les Michelin, il faut freiner plus tôt. Si les Ducati et les Yamaha sont plus stables que nous, c’est parce qu’elles ont des ailerons. Nous les avons essayés cet après-midi, mais ils ne nous ont rien apporté ». Une remarque qui sera à verser au dossier de leur interdiction pour l’année prochaine, un bannissement que Ducati et Aprilia attribuent clairement à une manœuvre de Honda…

Pour finir, Marc Márquez revient sur sa chute : « c’est entièrement de ma faute. Pedrosa virait lentement au large et j’ai raté mon freinage. J’ai tout fait pour éviter ce qui aurait été une collision dramatique. Je me suis déboité l’épaule que j’ai remise moi-même. Cela m’arrive souvent. Il faudra que je me muscle »…

Tous les articles sur : Marc Marquez