La rentrée aura été décidément bien mouvementée pour un Eugène Laverty qui a été la victime en Autriche des autres pilotes en Ducati. Entre bisbilles et joies de participer pour la première fois à la Q.2, le meeting de l’Irlandais oscillait entre succès et désillusion. Hélas, c’est celle-ci qui s’est manifestée, à 200 mètres de l’arrivée !

Eugène Laverty ne sait pas encore de quoi son avenir sera fait. Son actuel team Aspar est prêt à annoncer Álvaro Bautista si bien que le voilà en concurrence avec son actuel équipier Hernandez pour le dernier guidon qui serait disponible. A défaut d’être étincelant, il fait une saison solide puisque, en arrivant sur le Red Bull Ring, il était avec Hector Barberá et Marc Márquez parmi les seuls pilotes ayant marqué à toutes les étapes consommées du calendrier de l’année.

Le tracé de Styrie était taillé pour la Ducati. L’occasion de se montrer. Le premier jour, il s’est fait remarquer en se prenant le bec avec l’officiel de Borgo Panigale Iannone suite à un incident sur la piste qui s’est prolongé avec un dialogue animé dans la zone des essais de départ. Le lendemain, il a superbement progressé en s’adjugeant le gain de la Q.1 pour se retrouver pour la première fois de sa carrière dans la Q.2. Qu’il a fini onzième, devant Dani Pedrosa s’il vous plaît.

Tout s’annonçait bien pour la course dominicale. Mais les choses ont commencé à se liguer contre lui dès l’entame : « j’ai pris un mauvais départ et j’ai perdu des places d’entrée » regrette celui qui est aussi en contact pour retrouver une Aprilia en Superbike. « Puis la moto a beaucoup bougé dans le virage 5 et j’ai cru à un problème électrique. Quelque-chose s’est aussi passé avec les pneus ce que les données ont confirmé. J’ai perdu du temps, et je me suis dit qu’il ne restait plus qu’à me battre pour sauver des points. C’est ce que je faisais en luttant contre Petrucci pour le gain de la onzième place ».

Le parcours de l’Irlandais ressemblait donc à un chemin de croix. Mais comme si cela ne suffisait pas, l’Italien de chez Pramac lui a donné le coup de grâce en vue du drapeau à damiers : « de mon point de vue il pilotait de manière bien plus qu’agressive. Il m’avait déjà heurté au virage 3 en plongeant très à l’intérieur et je l’ai repassé au virage 4. Dans la dernière courbe, je défendais ma position et il est revenu encore très à l’intérieur pour finalement me faire tomber. Il a ruiné ma course et tout mon week-end à 200 mètre de l’arrivée, juste pour une poignée de points. Je suis d’autant plus mécontent que ce n’est pas la première fois qu’il pilote ainsi ».

Décidément, après Iannone, c’est compliqué de se faire des amis chez Ducati. Petrux, cependant, a fait amende honorable : « je souhaite tout d’abord présenter mes excuses à Eugène pour l’avoir fait tomber. Je ne cherchais pas à le doubler, j’essayais juste d’attaquer mais j’ai soudainement perdu l’avant et j’ai dû lâcher les freins. Je suis vraiment désolé ». Une démarche acceptée par Laverty qui a proposé comme sanction une privation de café expresso.

Sans doute, mais les officiels ont examiné l’incident et c’est une toute autre pénalité qui a été prononcée. Les commissaires de la FIM ont décidé d’attribuer un point de pénalité à Petrucci ainsi qu’une sanction qui lui coûtera trois positions sur la grille du prochain Grand Prix. Qui aura lieu la semaine prochaine à Brno. Au passage, Hector Barberá ayant été mis hors-course, et avec cet abandon forcé de Laverty, il ne reste plus que Marc Márquez comme pilote ayant scoré au terme de chaque course cette saison.

Tous les articles sur : Danilo Petrucci, Eugene Laverty