Ducati en Autriche a vaincu le signe indien. Sa dernière victoire remontait à Phillip Island en 2010 et son dernier doublé, toujours en Australie en 2007. Dans les deux cas, il y avait Casey Stoner sur la plus haute marche du podium. Il est aujourd’hui ambassadeur de la marque et conseil pour le team. Et le paradoxe veut qu’il aurait mal conseillé celui qui l’a relevé dans le livre des victoires, Andrea Iannone.

Casey Stoner était de la fête et de la célébration Ducati une fois le protocole de la victoire et du doublé consommé. De quoi se lâcher un peu et se laisser aller à un moment de sincérité. Celui qui n’apparaît plus comme le dernier vainqueur en date de la marque, et qui promet au futur pensionnaire Lorenzo conseils et arrivée de son ancien ingénieur Gabarrini, reconnaît sur GPOne qu’il aurait fourvoyé le vainqueur Iannone au moment d’effectuer le choix des pneus : « pour être tout à fait honnête, je serais parti avec l’option dure des gommes. Le risque était trop grand de prendre les tendres plutôt que les durs. Mais cette décision a payé alors que ces pneus tendres ont très bien fonctionné ».

Ceci dit, le double Champion du Monde Australien se fond dans le collectif rouge : « cette course a été fantastique pour toute l’équipe. Cette victoire est la récompense de tout le gros travail effectué depuis le début de la saison et chaque membre du team a sa part dans ce succès. La moto a énormément évolué ces dernières années. Et c’est ce que ce doublé démontre ».

L’Autriche n’est donc pas un accident. Ce succès en appellera-t-il d’autres cette saison ? « Je ne saurais dire. Il faut maintenant travailler sur le châssis pour faire progresser son équilibre. Nous avons besoin de franchir un cap en matière d’entrée dans les virages tout en continuant à être fort à leur sortie ». Stoner est définitivement impliqué.

Tous les articles sur : Andrea Iannone, Casey Stoner