A l’abord d’un Grand Prix d’Australie qui était l’antépénultième rendez-vous de la saison 2008, les titres en MotoGP et en 250cc avaient déjà été distribués. L’incertitude, en revanche, restait de mise en 125cc où Simone Corsi, Stefan Brad, Gabor Talmacsi mais aussi Mike Di Meglio se disputaient le titre. Le Français était en lice pour succéder à Arnaud Vincent couronné en 2002 dans la même catégorie. Alors âgé de 20 ans, le pilote Derbi parvenait à ses fins sur un tracé de Phillip Island qu’il dominait. Victoire et titre, c’était la consécration rêvée pour le Toulousain !

Après Loris Baz en 600 Superstock, Mike Di Meglio ramenait cette année-là en France un second titre majeur. En Australie, le pilote Derbi Ajo remportait sa quatrième victoire de la saison, sa cinquième de carrière, avec près de dix secondes d’avance sur Bradl. Du bel ouvrage et ce d’autant plus qu’au premier virage, bien que partant de la position de pointe, Mike n’était que septième au milieu des furieux. Smith ne profitait de son bel envol que jusqu’au deuxième virage où il tombait tandis que Cortese qui avait pris les choses en main faisait de même en vue de boucler les premiers tours que notre Français déterminé passait déjà aux commandes de l’épreuve.

Talmacsi a bien essayé un moment de s’accrocher mais la Derbi était vraiment trop forte. Le Hongrois se contentera de la troisième marche du podium derrière Bradl alors que Iannone finissait quatrième. Plus loin, Espargaro, Cortese, bien revenu après sa chute, Rabat, Marquez et Corsi s’étaient livrés une bataille terrible pour la cinquième place. Cette fois, c’est Corsi qui était victime des manoeuvres viriles dont il avait été coutumier sur Mike durant la saison. Sérieusement bousculé, il ne terminait que neuvième. Le seul autre Français à voir l’arrivée s’appellait Carrillo, finissant dix-huitième et pas loin de se faire prendre un tour par son compatriote nouveau Champion du Monde. Masbou et Cluzel étaient victimes de chute.

Notre Toulousain né le 17 janvier 1988 rejoignait dans l’Histoire de la moto tricolore Jean Louis Tournadre, Christian Sarron, Olivier Jacque et Arnaud Vincent qui, respectivement en 250 et en 125, en 1982, 1984, 2000 et 2002 ont apporté un titre mondial sorti des Grands Prix à notre verte contrée. Et ce de la plus belle manière possible, c’est à dire par une victoire sur un tracé sélectif, celui de Phillip Island qui avait déjà souri à O.J.

Avant cette saison éclatante avec la Derbi il y avait eu les débuts avec Aprilia en 2003, classé 28ème avec cinq points puis 2004 où il pointait 18ème avec 41 points, et ce avant l’ère Honda à partir de 2005, où il finit 11ème avec 104 points et une première victoire en Turquie, période qui avait tourné à la galère en 2006, 25ème avec 8 points, et en 2007, 17ème avec 42 points.

Après un tel parcours, Di Meglio ne pouvait que savourer : « au drapeau à damier, je ne savais pas si j’étais Champion du Monde ou pas, et en m’arrêtant pour récupérer un drapeau qu’un fan m’a passé, j’ai vu marqué `World Champion´ à la télé, et j’y croyais pas, je me suis dit `c’est pas possible´. C’est magnifique d’être Champion du Monde, et je remercie tout le monde. Cette année on est Champion du Monde, on a tous travaillé ensemble, le team et Derbi, on a tous fait un travail énorme, et je veux les remercier encore. »

Mais pas seulement : « la moto, l’équipe, mon entourage, ma fiancée, mon manager… c’est toujours mon entourage qui fait que je me sens vraiment bien. Quand j’arrive sur les circuits, je suis bien dans ma tête. Quand j’arrive chez moi, je me repose, je me rebooste mentalement, et je pense que c’est ça qui a fait que cette année, j’étais au top. Je n’avais pas du tout de pression avant la course, j’avais un peu peur parce que je savais que j’avais le potentiel de partir mais j’avais peur de faire des erreurs. »

Cette saison, Mike Di Meglio poursuivra sa route sous la bannière du GMT94 pour de l’Endurance et du Supersport !

Tous les articles sur les Pilotes : Mike di Meglio

Tous les articles sur les Teams :