Voici le troisième volet des aventures de Valentin Debise aux USA.

Après son arrivée, ses entraînements et la première course à Austin durant le Grand Prix, VD53 n’a eu que quelques jours pour se rendre à Atlanta, pour la deuxième manche du championnat MotoAmerica.

Un circuit aux allures de montagnes russes mais une adaptation rapide, avec un beau résultat à la clé…

Valentin Debise: “Le jeudi en arrivant au circuit, j’ai effectué mes tours de piste habituels en courant à deux reprises, dont une avec mon concurrent direct Garrett Gerloff, même après avoir insisté, il n’a pas voulu me donner des conseils sur ce circuit que je connaissais pas, il m’a quand même montré quelques points de freinages du bout des lèvres.

L’ambiance est très spéciale sur ce circuit qui se situe au beau milieu d’une forêt au nord d’Atlanta. Le paddock est en contrebas au milieu de la piste, il faut passer par une passerelle pour y accéder. Quand on passe l’entrée du circuit on a une vue plongeante sur les camions des teams, ce qui est très sympa. Ici pas de box comme en Europe (sauf à Austin, mais on ne les utilise pas), les semi-remorques américaines, avec les auvents dépliés, sont alignées proprement suivant un ordre établi par l’organisateur aussi bien pour le look que pour que chaque équipe ait un espace bien à elle. Je trouve ça ultra sympa pour le public, tout le monde peut venir observer les mécaniciens travaillant sur les motos, ou les pilotes débriefer de la séance d’essais avec les ingénieurs. Le public peut vivre le show de l’intérieur. Le podium se situe au beau milieu des camions, pour y accéder il faut passer au milieu du public, vraiment cool !

C’est toujours assez stressant d’allez faire une course sur un circuit qu’on ne connait pas, surtout quand les autres pilotes sont dans leurs jardin d’enfance. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, sauf à un circuit de dingues, ça on me l’avait bien signalé à plusieurs reprises, et je n’ai pas été déçu du voyage. Il y a beaucoup de virages avec les murs près de la piste sur les intérieurs, et le circuit est très vallonné, pas comme un Ledenon ou il y a des descentes sèches et des grosses montées, ici c’est plutôt plusieurs montées et descentes dans le même virage ou dans les lignes droites, comme un terrain de motocross, ça fait des vagues ! Au début ce n’est pas évident de s’y faire, parce qu’on ne peux pas rester à fond dans les lignes droites, il faut légèrement soulager les gaz, même avec la 600 ! J’ai hâte d’essayer avec une 1000 ! Dans beaucoup de portions du circuit on ne voit pas la sortie du virage, il faut donc être très précis sur les points de repère. Le freinage de la dernière chicane, donc en arrivant de la ligne droite du retour ou on prend la top speed du circuit est impressionnant.

BJN37259 copy

Je vous explique. On arrive à 270km/h avec une 600 Supersport, on incline la moto à droite avec le mur à l’intérieur, on ne voit donc strictement rien. Au début je sortais la tête de la bulle parce que je n’arrivais pas à incliner assez la moto! Une fois la moto inclinée on passe un petit moment en voyant le mur, puis le mur intérieur se retire, et là on a une vue sur la chicane en contrebas, mais toujours pas sur le freinage parce que la piste descend à pic, je n’ai jamais vu ça de ma vie. On attrape les freins au début de la descente et on a l’impression que  la moto de s’arrête pas tellement ça descend. Les premiers tours de roues j’avais même l’impression que la moto accélérait quand je freinais !  Ensuite la pente s’arrête, et on se retrouve sur une légère montée, le corps n’a qu’une envie, s’écraser sur la moto tellement la pression est forte. La moto se ralentit très vite sur un laps de temps très réduit. Effrayant, mais quelle sensation de dingue ! Pour info, la moyenne au tour est de 160km/h….

BJN32461 copy

Mon team a été assez surpris de mon adaptation à ce circuit, habituellement les pilotes ont du mal à rouler vite la première fois qu’ils y vont. Dès la première journée j’ai réalisé le deuxième temps. Je me suis qualifié à la même position et j’ai franchi la ligne d’arrivée à deux reprises deuxième. Mes deux courses se sont ressemblées, parti troisième, au premier tour je passe deuxième au freinage que je viens de vous expliquer,  je chasse le premier qui s’échappe vers le milieu de la course. Gerloff avait un gros rythme, surtout avec les pneus usés, ça faisait longtemps que je n’avais pas vu quelqu’un piloter aussi bien que lui. Ça ne me laisse pas le choix de continuer à travailler dur sur mon pilotage et avec mon équipe technique pour grappiller les 3 dixièmes au tour qui me manque.

BJN37649 copy

C’était donc le premier week-end full MotoAmerica avec deux manches, et ça a été une réussite. On a eu une couverture TV de malade sur Bein Sport, les deux courses en direct, un show d’avant course, interview sur la grille de départ et après l’arrivée avant de monter sur le podium, conférence de presse à la MotoGP, la grande classe ! Il y avait des écrans géants en bord de piste pour le public, plusieurs sessions d’autographes, le pit-lane walk pour le public, etc…

BJN59208 copy

Maintenant, j’ai une semaine de repos avant la prochaine course au New Jersey Motorsport (à côté de New York). Encore une fois un nouveau circuit à apprendre, j’ai vraiment hâte de défendre ma seconde position au championnat, voire me rapprocher de la première.

Affaire à suivre.

BJN59130 copy