Si la trêve estivale permet aux pilotes et aux teams de prendre quelque repos, ce n’est pas forcément le cas pour certains agents de pilotes qui font feu de tout bois pour caser leur protégé dans une équipe en 2018.

La majorité opère en Moto3 et en Moto2, mais même en MotoGP, il reste quelque places disponible qui font l’objet de toutes les convoitises…

La plus belle aurait pu se situer chez Suzuki où Andrea Iannone semble actuellement en difficulté. Mais malgré des résultats actuels décevants et des contacts supposés avec Aprilia où Sam Lowes semble sur la sellette, le contrat liant le pilote italien à la firme d’Hamamatsu semble devoir perdurer jusqu’à fin 2018.

Par ailleurs, Álvaro Bautista, un moment en contact, vient également de décliner la proposition d’Aprilia et restera chez Aspar en 2018.

Cal Crutchlow ayant récupéré le contrat HRC de Jack Miller, celui-ci serait sur le point de s’emparer du siège éjectable de Scott Redding chez Pramac, dont le coéquipier, Danilo Petrucci, vient d’être officialisé pilote d’usine Ducati.

Le coéquipier du pilote anglais au sein du team LCR pourrait, sous la pression de Honda, se nommer Takaaki Nakagami mais plusieurs noms à consonance italienne seraient également sur la liste des possibles.

Chez Marc VDS, on espère jusqu’au dernier moment conserver le pilote australien Jack Miller aux côtés d’un Franco Morbidelli récemment signé pour la saison MotoGP 2018 pour 3 ans. A défaut, cela pourrait sauver Tito Rabat de façon inespérée… ou Scott Redding, l’enfant de la famille !

Enfin, c’est chez Avintia que le flou semble le plus complet. Aucun des deux pilotes actuels, Loris Baz et Hector Barbera, n’a encore signé pour l’année prochaine, et s’ils restent évidemment en lice pour conserver leurs machines, deux nouveaux noms commencent également à faire figure de prétendants, aux côtés de celui de Tito Rabat un moment évoqué.

Le premier est celui d’Axel Pons dont le père, selon Mela Chercoles pour As, serait prêt à arrêter son team Moto2 pour apporter 2 millions de ses sponsors à son fils en MotoGP. On pourrait s’étonner de la somme avancée par le journaliste espagnol, mais, avec comme meilleur résultat une sixième place au Mugello 2016, il faut bien avoir d’autres arguments…

Le second, sans doute plus sérieux, serait le sympathique pilote belge Xavier Siméon qui disposerait également des fonds nécessaires à l’opération. Lui peut au mois se targuer d’une victoire (Allemagne 2015) et de deux deuxièmes places (Argentine 2014, Qatar 2015) en Moto2. La somme devrait donc logiquement être (un peu) moins élevée…

Nous rappelons que toutes ces rumeurs sont la plupart du temps vraies à un instant T mais que la situation évolue en permanence de jour en jour. Le résultat final peut donc être très éloigné du tableau dépeint dans cet article. Et ce ne serait pas de notre faute ! 😉

Tous les articles sur les Pilotes : Axel Pons, Hector Barbera, Jack Miller, Loris Baz, Xavier Siméon

Tous les articles sur les Teams :