Marc Marquez vient de remporter sa septième victoire consécutive sur le Sachsenring où le choix des pneus et la stratégie ont fait toute la différence.

“Ce fut une autre course,” déclare Marquez. “Je pense que j’ai commis une erreur pour le début de la course. Initialement je voulais utiliser le pneu tendre, mais lorsque j’ai vu Jorge et Vale opter pour l’extra-tendre, j’ai décidé de les suivre. Michelin a proposé des pneus réellement tendres ce week-end en comparaison à Assen. Aujourd’hui, nous disposons d’une large gamme de choix.”

Le pilote Honda a ensuite fait le pari de choisir les pneus slicks au 18e tour de la course lorsque la piste commençait à sécher, “J’ai pris beaucoup de risques, car j’étais loin du podium, et malgré qu’il y avait encore quelques virages humides. De même, je ne connaissais pas ma position réelle en piste. Lorsque j’ai vu ‘P1 +20 sec’ sur mon pitboard, je me suis immédiatement rendu compte que c’était une bonne nouvelle.”

Là où certains ont choisi les pneus intermédiaires, Marquez explique, “Dans notre équipe, les pneus intermédiaires n’existent pas. Nous choisissons les slicks ou les pluie. Je ne savais pas où se trouvaient Jorge et Vale, j’ai essayé de contrôler et j’ai simplement fait ma course.”

Malgré cette victoire stratégique, l’Espagnol a échappé au pire aujourd’hui : une chute ce matin au warmup et une sortie de piste à grande vitesse en course, “Ce matin, c’est un peu de ma faute. Nous avons apporté de gros changements à la moto. J’ai perdu l’arrière en touchant la ligne blanche. Je suis chanceux de m’en être sorti indemne. En course, j’ai perdu l’avant et j’ai élargi. J’ai immédiatement mis mon entrainement en motocross à profit et je n’ai pas chuté.”

Aujourd’hui, Marquez compte 48 points d’avance sur Lorenzo au classement provisoire du Championnat et 59 sur Rossi, grand perdant au jeu du changement de machine, “Ces deux dernières courses ont été bonnes pour moi,” ajoute-t-il. “Je n’ai peut-être pas été le plus rapide, mais j’ai été le plus régulier. Cette avance me donne davantage confiance, mais vous devez être prudents et ne pas être trop confiants. J’ai déjà perdu beaucoup de points au classement, tout peut arriver. Vous devez gérer au mieux cette avance.”

Cal Crutchlow retrouve le podium en MotoGP. Son dernier podium remontait au Grand Prix d’Argentine 2015, “C’est bon d’être de retour sur le podium, mais je suis aussi déçu de ne pas avoir gagné,” dit-il. “J’ai choisi le pneu le plus dur à l’avant et je me sentais bien sur la moto. Le pneu extra-tendre est un peu trop tendre pour mon style de pilotage. Ce matin, j’ai manqué de chuter, car je n’arrivais pas faire monter le pneu en température. Ce fut difficile en début de course.”

“L’équipe a accompli un excellent travail, mais pour être franc, je n’ai même pas regardé mon pitboard, j’ai simplement suivi les deux devant moi. Cette saison a été difficile jusqu’à présent, mais Honda fait beaucoup d’effort.” À noter que c’est son second podium sur le tracé du Sachsenring. Le Britannique sera présent au test en Autriche mardi et mercredi prochains avant de retourner chez lui pour profiter de sa femme et son enfant sur le point de naitre.

Fort de sa 3e place, Andrea Dovizioso s’empare du 100e podium Ducati en catégorie MotoGP au terme d’une lutte tonitruante face à Scott Redding qui échoue au pied du podium, “Je suis à la fois content et déçu,” se lamente l’Italien. “J’ai peut-être pris la mauvaise décision, j’étais concentré et je n’ai pas changé de moto au bon moment.”

Le pilote Ducati a attendu le 24e tour pour changer de machine, “Cal attendait notre décision, mais ce fut la mauvaise décision. Vous n’avez jamais envie de vous arrêter.” Dovizioso reconnait aussi un manque de préparation, “Vous ne savez jamais la façon dont la piste va changer et nous ne pouvons pas communiquer. Habituellement, nous organisons tout à l’avance, mais aujourd’hui, je ne savais pas les pneus que j’avais.”

Quant à savoir si les communications pourraient aider dans ces conditions, les pilotes sont partagés.

“Pour moi, c’est non. C’est beaucoup trop dangereux d’avoir quelqu’un qui vous parle alors que vous roulez à 200km/h sur l’angle,” explique Marquez.
“Les mécaniciens ont bien assez d’expérience pour faire les bons choix,” ajoute Crutchlow.
Pour Dovizioso, la réponse est différente, “Cela serait plus simple et bien meilleur pour la sécurité, mais je pense que c’est meilleur aussi pour notre sport de rester ainsi.”

Tous les articles sur : Andrea Dovizioso, Cal Crutchlow, Marc Marquez