Les Yamaha sont pendues, les Ducati font leur show d’essais libres et Viñales s’est bien réchauffé sur une Suzuki qu’il a su tordre pour se positionner en haut de l’affiche. Autant de situations critiques qui semblent échapper à un Marc Márquez qui a fini la première journée du Grand Prix d’Allemagne dans le trio de tête, en se permettant de faire des tests sur sa RC213V.

La démonstration d’une concurrence maîtrisée et d’un état d’esprit serein et prêt à faire un bon coup au championnat au terme de cette expédition en Germanie. Avec 24 points d’avance et des rivaux en Yamaha à l’agonie sur le froid bitume du Sachsenring, l’offensive pourrait bien être décisive pour la suite de la saison. Certes, on n’en est pas encore là. Et pourtant, MM93 évolue comme s’il était en test privé : « au Montmelo j’avais essayé un nouvel échappement qui ne m’avait pas donné satisfaction. Ici, on a amené un nouveau châssis, que nous avions aussi à Montmélo. Mais au vu des conditions on ne l’a pas évalué aujourd’hui. L’objectif sera de le faire demain. La seconde moto est dotée de ce nouveau châssis ».

Marc Márquez a-t-il seulement remarqué qu’un Grand Prix était en cours ? Il revient au quotidien : « la journée a été bonne, même si le début a été un peu étrange. Nous n’avons pu faire que quelques tours durant la première séance parce qu’il a commencé à pleuvoir mais pas suffisamment pour passer sur pneus pluie. La seconde séance a été plus ou moins normale mais les températures de piste étaient très basses. Nous avons dû faire attention, surtout dans le virage 11, où beaucoup de pilotes sont tombés.

Je me suis quand même senti à l’aise sur la moto. Nous voulons progresser sur certains points et nous devons continuer à travailler parce que les prévisions annoncent des températures un peu plus élevées pour demain. Ce sera l’occasion de mettre le pneu avant asymétrique à gomme dur car on n’a pu qu’utiliser le tendre aujourd’hui. La météo va d’ailleurs rendre le Grand Prix intéressant et selon les prévisions nous aurons une météo similaire à celle d’aujourd’hui pour dimanche, avec une possibilité de pluie à tout moment ». Des prévisions qui en feraient frémir plus d’un. Sauf Márquez qui frétille déjà d’impatience d’y être.

Si l’on pousse le bouchon un peu plus loin, on pourrait lui rappeler que celui qui vire en tête du championnat après le huitième Grand Prix est généralement couronné à la fin de l’année. Ce qui a été fait : « bien sûr, lorsque vous améliorez votre avantage à chaque course, vous voyez votre situation devenir de plus en plus favorable. Mais il restera tout de même huit courses à disputer. En 2014, j’ai perdu 50 points en deux rendez-vous. Ce qui est bien avec le sport-moto, c’est que vraiment tout peut arriver. Le championnat est encore long ». Un avis que partagera sans aucun doute un Rossi qui avait entamé la trêve estivale 2015 en tête du classement général…

Tous les articles sur : Marc Marquez