Jorge Lorenzo n’appréciait pas vraiment jusque-là le Sachsenring. Et ce n’est la visite qu’il y effectue ce week-end qui va le réconcilier avec le site du Grand Prix d’Allemagne. Alors qu’il espérait s’y refaire de deux meetings compliqués, voilà qu’il pourrait connaître un pire sort que celui vécu il y a trois semaines à Assen. Plus dure est la chute pour Por Fuera.

Une expression à décliner au sens propre comme au figuré pour le triple Champion du Monde Yamaha. Une chute le vendredi au virage 11, une autre lors de la Q.1 au virage 8 et une petite dernière pour la route lors de la Q.2 au virage 1. Ce n’est pas vraiment un parcours qui vous jalonne une voie vers une confiance totale. Par ailleurs, le Majorquin explose une mauvaise statistique en ce qui le concerne. Alors que, depuis 2012, il n’est jamais tombé plus de trois fois en une saison, cette année, il en est déjà à huit chutes. Dont trois en deux jours.

Une spirale qui vous attire dans les abîmes alors qu’il faudrait une bonne synergie pour remonter les 24 points de retard sur un Marc Márquez qui se plait à se montrer intouchable sur un terrain où il visera, dimanche, sa septième réalisation de rang. Pourtant, Por Fuera sait ce qui lui arrive. Il est comme spectateur de son malheur : « j’avais les mêmes pneus que tous les autres alors pour sûr, j’ai dû faire quelque-chose qu’il ne fallait pas. Hier j’ai trop attaqué sur piste froide, aujourd’hui, lors de ma première chute j’ai touché le vibreur, ce qui est déconseillé avec les Michelin alors que c’était possible avec les Bridgestone. Et pour ma troisième chute, je n’avais pas assez chauffé le côté droit du pneu et j’ai perdu l’avant ».

« Donc j’ai fait trois erreurs et ce n’est pas normal parce que je ne fais pas d’habitude autant d’erreurs. Mais ce week-end, c’est arrivé. Je suis déçu de ces accidents, je le suis autant de ma position sur la grille. Mais au final, j’ai pu voir de gros progrès sur la moto ». Ce Lorenzo est décidément étonnant. Il explique : « on a progressé à chaque séance et en Q.1 on était compétitif avec les pneus neufs. Avec les temps que je faisais avec, on pouvait espérer finir cinquième. Mais voilà, je suis tombé ». Et puis il y a aussi autre chose : « on s’est trompé sur les réglages. On a essayé quelque chose et on est revenu en arrière. On a perdu du temps et un peu le fil. Toutes ces complications nous ont mis loin sur la grille ».

Et pour demain ? Que l’on se rassure, tout n’est pas perdu : « la course, c’est dimanche et je suis heureux que l’on ait cerné tous nos problèmes. Je préfère tomber deux ou trois fois en étant plus ou moins compétitif plutôt que de ne pas chuter et ne pas être compétitif du tout ». Et la pluie tant redoutée s’en mêle ? « Nous verrons comment je serai. Ne pas avoir d’a priori sur la piste, positiver et chercher à me sentir bien sur la moto ». Avec Lorenzo, tout est décidément une question de mental. Et c’est un monument qui l’attend puisque parmi ses 64 succès de carrière, aucun n’a été célébré sur le Sachsenring.

Tous les articles sur : Jorge Lorenzo