Après avoir souffert sous la pluie sur la Suzuki à Assen, Maverick Viñales arrive sur le tracé du Sachsenring avec une volonté de revanche. Si la pluie revient, il voudra montrer qu’il a suffisamment appris de sa galère batave pour offrir un autre visage. Et si les éléments sont indulgents il aura à cœur de prouver que, depuis son duel teuton de l’an passé avec son équipier Aleix Espargaró, les choses ont bien progressé.

Il y a un an, sur une GSX-RR qui fêtait avec des couleurs spéciales les trente ans de la GSX/R, les deux Suzuki s’étaient amusées entre elles pour un top 10. Cette année, celui qui est cinquième au championnat avec 79 points et à présent un contrat Yamaha en poche pour les futures campagnes, a l’intention de montrer qu’il a changé de statut : « ce sera un rendez-vous intéressant car c’est un tracé très particulier. L’an dernier, on s’était bien battu avec Aleix mon équipier, mais nous avons bien progressé depuis et j’espère bien mieux qu’une onzième place ».

« Nous avons déjà montré que nous pouvions nous battre avec les leaders. Ce n’est certes pas facile, et ça ne le sera jamais, mais c’est quelque chose de faisable. Il nous faut trouver le bon équilibre pour être aux avant-postes ». Et s’il pleut ? « Nous avons tiré les leçons d’Assen, et nous seront prêts » lance Vinales.

Cette année, Michelin apportera un pneu avant asymétrique inédit. Le Sachsenring développe 3,7 kms et se compose de dix virages à gauche et de trois à droite. Un déséquilibre que les pilotes doivent gérer. Par ailleurs, la ligne droite ne fait que 700 mètres. Un tourniquet qui ne peut que plaire à une moto agile.

Tous les articles sur : Maverick Vinales