En Grand Prix, il faut faire attention lorsque l’on fait des paris. Aprilia l’a appris en défiant son pilote Bautista d’entrer directement en Q.2 avec pour mise une RS-GP. Une belle moto que l’Espagnol pourra mettre dans sa collection suite au forfait de Iannone à Misano (voir ici), avant de partir l’année prochaine pour le team Aspar et ses Ducati .

Une leçon qui n’a pas été retenue par le même team Aspar qui a promis à son pilote de Moto3 Francesco Bagnaia un tour en Desmosedici, au lendemain du Grand Prix de Valence, s’il remportait un second succès avec la Mahindra. Mission accomplie depuis ce week-end en Malaisie !

La promesse vient du patron sur le terrain Gino Borsoi. Et il va devoir la tenir. Son pilote de Moto3 de 21 ans, Francesco Bagnaia, a survécu au massacre de Sepang en franchissant, en tête, un drapeau rouge agité en guise de fin d’une douloureuse partie. Ponctuée par dix-neuf chutes et une infirmerie pleine.

L’enjeu était une séance avec la GP14.2 que la structure aligne en MotoGP en cas de seconde réalisation. Bagnaia connaîtra donc les joies de la puissante Desmosedici pendant deux jours, les 15 et 16 novembre.

Une bonne nouvelle pour celui qui se souviendra longtemps de sa campagne en Malaisie : « Je pense que c’était ma meilleure course en mondial. Ce n’est jamais évident de mener une épreuve. Vous devez rester le plus rapide possible tout en cernant les limites de la piste. Je pense que j’ai grandi, car l’an passé j’aurais eu du mal à faire une course comme celle-ci. Nous avons fait de gros progrès et à ce titre j’aimerais remercier le team ».

Des progrès personnels dont profitera le team VR46 en Moto2. Une équipe qui espère que sa future recrue ne fera pas de bêtise avec la Ducati et qu’elle sortira indemne d’une expérience qui ne sera pas simple. Sauter de la Moto3 à la MotoGP n’est pas une sinécure. Demandez à Jack Miller

Au passage, avec ce succès malaisien, Bagnaia est remontré à la troisième place au général et peut encore espérer à Valence contester le statut de vice-champion du monde à Bastianini.

Tous les articles sur : Francesco Bagnaia