D’après ses propres dires c’est sur convocation de son employeur qu’il s’est présenté à l’entrée du circuit de Sepang, malgré une vertèbre fracturée qui n’est toujours pas consolidée. Une drôle d’ambiance chez Ducati qui s’est comme évaporée comme les tâches d’humidité sur la piste au cours de la première séance d’essais libres. Un exercice que Iannone a fini avec un bon quatrième temps. Il méritait bien d’être ensuite laissé au repos l’après-midi.

Iannone s’est étonné lui-même lors de cette entame d’un Grand Prix de Malaisie qui marque ses retrouvailles avec la Desmosedici. Le couple s’était perdu de vue depuis Misano et une mauvaise chute. Et visiblement, ils sont heureux de ne plus devoir se passer l’un de l’autre : « ce matin, j’ai tout de suite eu de bonnes sensations lorsque je suis monté sur la moto. Pour tout dire, je suis très heureux. Lorsque je suis arrivé à Sepang, j’ai ressenti des douleurs, mais pour le moment, ça ne va pas trop mal. Je suis capable de les gérer et je ne suis pas loin des leaders ».

L’opportunité d’un bon résultat et l’adrénaline font décidément des miracles : « j’ai été très étonné de me retrouver à trois dixièmes de Márquez au terme de la première séance. En plus d’être rapide, j’ai pu être régulier malgré le fait d’avoir raté quatre Grands Prix. Et les pneus fonctionnent bien aussi. Je suis heureux d’être revenu sur la moto, elle m’a beaucoup manqué comme les gens que j’ai autour de moi. A la fin de la FP1, j’étais extatique, c’était comme une renaissance ».

Un enthousiasme qui est cependant resté au repos l’après-midi : « le problème, ce sont les tâches d’humidité qui ne sèchent pas suffisamment vite. J’ai décidé de ne pas prendre de risques cet après-midi. Mais bien évidemment si la pluie s’invite de nouveau demain nous commencerons à travailler pour être prêts, dans le cas où la course a lieu sur piste mouillée ».

« Aujourd’hui, je n’ai pas l’impression d’avoir trop sollicité mon dos et je ne ressens pas de douleurs trop fortes ». Iannone a fait mieux que son équipier Dovizioso seulement quinzième et qui n’est donc pas encore qualifié pour la Q.2. Or, demain, la pluie ne manquera pas le rendez-vous.

Tous les articles sur : Andrea Iannone