En quittant l’Australie qui l’a laissé sec avec sa piste humide, Lorenzo regardait la Malaisie comme une terre promise où, enfin, il y ferait chaud et beau. Manque de pot les nuages ont suivi Por Fuera qui, au terme de la première journée à Sepang n’a pu que limiter les dégâts.

Une première séance sur une piste pratiquement sèche, mais pas encore tout à fait, finie à la dixième place et une seconde plus mouillée que sèche bouclée avant son terme à la seizième position, ce n’est rien de dire qu’entre Lorenzo et l’eau, le courant ne passe pas.

Au cumul, le voilà tout juste qualifié pour la Q.2, sur le palier d’un top 10 duquel il peut être exclu à tout moment demain pour peu que la FP3 soit aussi indécise que cette journée. Ce qui risque d’arriver puisque la pluie s’invitera à un moment ou à un autre. Vous avez dit bizarre ? Le Majorquin lui, préfère étrange : « cette journée fut assez étrange compte tenu des conditions. Ce matin nous avons pu rouler pour la toute première fois sur le nouveau revêtement qui semble offrir pas mal de grip. Mais je n’ai pas pu rester aux avant-postes, car j’ai passé les pneus les plus durs lors de mon dernier relai et je n’ai pas eu le temps d’améliorer mon chrono ».

« Et puis sur piste mouillée l’après-midi, c’était compliqué. L’asphalte commençait à sécher… Nous avons décidé de rester au box. C’est difficile de tirer des enseignements de cette journée. Mais nous valons mieux que cette dixième place. Sur le sec, nous pouvons être compétitifs car l’adhérence est bonne. Le seul problème est que la piste sèche lentement et que les tâches d’humidité ont du mal à disparaître ».

« Mais j’aime le nouvel asphalte et donc, je suis confiant ». On attend donc la suite de la part de celui qui voudrait reprendre les 24 points qui le séparent de son équipier Rossi et de la seconde place au championnat. Ceci alors que Viñales est à onze longueurs en lorgnant sur sa troisième position au général.

Tous les articles sur : Jorge Lorenzo