C’est un Rossi souriant qui en avait terminé avec des qualifications finies à une deuxième position conquise dans les derniers instants. Un exercice qui s’est déroulé selon le scénario qu’il préfère : la montée en puissance progressive. Le voilà en lice pour une septième victoire en Malaisie. Mais rien ne sera simple pour autant.

Ce n’est qu’en vue du drapeau à damiers sanctionnant la fin de la séance qualificative que Rossi a dégainé son second chrono. Une performance de choix réalisée dans des conditions particulières mais aussi selon un déroulé qu’il affectionne : « cette séance de qualifications a été difficile et complètement différente de d’habitude. Normalement, on fait deux tours et puis » bam ! » on rentre changer de pneus pour deux tours de plus, le tout à 110%. Aujourd’hui il fallait commencer par ne pas faire d’erreur, mettre les pneus à température mais aussi attaquer suffisamment ».

« Alors je suis resté sur la piste. Dans mon dernier tour, je pouvais encore augmenter légèrement mon rythme et atteindre la seconde position. Au bilan, nous avions une bonne stratégie. Ceci dit, ce n’est pas si important même si une première ligne, c’est toujours bon pour la course. Mais j’ai passé une bonne journée, j’ai été compétitif tant sur le sec que sous la pluie ».

Et entre les deux que choisirait l’officiel Yamaha ? « Je crois que nous espérons tous avoir une course sur le sec. Nous sommes plusieurs à avoir un rythme similaire et nous pourrions avoir une belle bataille. On l’a vu lors de la FP3, les quatre premiers se tiennent en un dixième seulement. Il y aura donc moi et Viñales, Márquez et Lorenzo. Maintenant si c’est mouillé, on répondra aussi présent ».

Et si c’est entre les deux ? Là, le nonuple titré prend un air plus grave : « le nouvel asphalte est bon. Il offre beaucoup d’adhérence et il n’y a plus de bosses. Cependant, il met beaucoup de temps à s’assécher. Et il n’est jamais complètement sec, il y a toujours des traces d’humidité. Dans ce cas, il faudra rester très vigilant ».

Rossi est actuellement second au championnat et compte 24 points d’avance sur son équipier Lorenzo qui aimerait bien le priver du statut de vice-champion à la fin de la saison.

Tous les articles sur : Valentino Rossi