Et de deux ! En deux semaines et alors que tout le reste de la saison avait été jusque-là exemplaire, Marquez s’est mis par terre. Une fois à Phillip Island et maintenant à Sepang. Deux occasions sur une piste mouillée mais le quintuple Champion du Monde insiste. Ces deux accidents sont différents. Reste que l’officiel Honda ramène les points de la onzième place pour son équipe toujours en lutte pour son propre championnat face aux gars de Yamaha.

Car au passage, si la couronne des pilotes est acquise depuis le Japon, le titre des constructeurs et le championnat dédié aux équipes sont toujours ouverts. Honda mène chez les marques avec 21 points d’avance sur Yamaha tandis que les trois diapasons sont leaders parmi les teams devant le HRC pour dix points. Justement, c’est en pensant au classement général que Márquez commence son bilan de la course malaisienne : « heureusement que le titre est dans la poche, sinon je serais en difficulté ! » avoue MM93.

Donc deux chutes en deux semaines… « Oui mais cette fois, c’était complètement différent de Phillip Island. Je gérais la moto, je faisais une course sage, j’attendais le meilleur moment pour attaquer en préservant mes pneus et mes freins. Je n’ai pas touché les freins, j’étais sur la même ligne que les tours précédents et c’est en remettant doucement les gaz dans une courbe que l’avant m’a échappé. On dira que j’ai fait une erreur puisque je suis tombé ». On notera que dans le même tour, Crutchlow a chuté et que dans le tour suivant c’était au tour de Iannone.

Márquez n’est donc pas convaincu mais reste poli. Il regrette néanmoins cette issue car il n’a pas pu démonter la pertinence d’un pari consistant à partir avec un disque carbone sous la pluie pour compenser les faiblesses de sa Honda à l’accélération : « on perdait trop dans cette phase et le tracé a deux longues lignes droites ».

« Alors j’ai décidé de compenser en étant plus agressif dans les freinages. Le team m’a conseillé l’acier mais j’ai décidé que ce serait le carbone. Au début de la course j’ai fait très attention et puis ça allait de mieux en mieux et même très bien sur la fin. C’était une bonne décision ».

« Je suis reparti et je termine onzième avec une moto endommagée à 36s du leader, ce qui n’est pas si mal. Dovizioso mérite sa victoire, je m’entends bien avec lui et il a beaucoup travaillé sur la Ducati. Je pense qu’il avait quelque chose en plus ici et je n’aurais pas pu lui contester la victoire. J’aurais pu faire deuxième ou troisième ».

Sa baston avec Crutchlow en entame de course est aussi en mémoire : « il n’y a pas eu de contact avec Cal même si quelqu’un m’a touché dans le premier ou second tour mais je ne saurais dire qui. Sous la pluie c’est toujours compliqué de dépasser. Mais c’était une chouette bataille et c’est toujours intéressant de se battre avec un pilote qui a la même moto que vous avec les mêmes avantages mais aussi les mêmes défauts ».

Maintenant, direction la finale de Valence. Pour un dixième vainqueur ? « Pourquoi pas un Espargaró ? » lâche Márquez. “Pol ou Aleix en sont capables. Et puis non, je veux gagner à Valence ! »

Tous les articles sur :