C’est un Rossi second qui a franchi la ligne d’arrivée d’un Grand Prix de Malaisie durant lequel il a entrevu la victoire. Il pensait avoir fait le plus dur en se débarrassant d’un Iannone honorant sa réputation de teigneux. Mais une Ducati peut en cacher une autre et c’est Dovizioso qui lui est passé entre les pattes pour filer le premier vers le drapeau à damiers.

Un scénario qui s’est d’autant plus facilement décidé que le Doctor a eu maille à partir avec ses pneus à cinq tours du but. Il explique : « je pense que c’était une bonne course. Surtout au début. Je me sentais bien dès le premier tour. Avant le départ, j’étais cependant inquiet car il y avait trop d’eau sur la piste. Puis la pluie a cessé et on a pu faire une course normale ».

« Je me sentais bien et j’ai essayé de prendre de l’avance, mais c’était sans compter sur Iannone avec qui je me suis battu. Il était rapide et il donnait la réplique à chaque fois. J’avais aussi du mal parce mes gants étaient totalement trempés et que je n’arrivais plus à doser correctement la poignée des gaz. Iannone m’a passé à plusieurs reprises. C’était un beau combat ».

« Quand j’ai enfin pu partir, je me suis dit que je pouvais gagner. Mais avec moins d’eau sur la piste, j’ai commencé à avoir des problèmes de pneus, surtout avec l’avant. J’ai eu quelques alertes dont une a permis à Dovizioso de me passer. Je n’ai pas voulu prendre le risque de perdre 20 points. Cette deuxième place est bonne, même si j’aurais aimé gagner ».

« Je suis maintenant assuré d’être vice-champion et c’était important de confirmer ça ici car Jorge est toujours fort à Valence. Si j’avais fait une erreur ici, il serait revenu à quatre points et les choses auraient été compliquées ». Voilà pour l’accessit. Qui ne cache pas le fait que Yamaha n’a plus rien gagné depuis la Catalogne qui date du 5 juin dernier.

Tous les articles sur : Valentino Rossi