Ce Grand Prix de Grande Bretagne restera dans les mémoires comme l’une des courses plus  spectaculaires de la saison. Alors que Maverick Viñales s’était extirpé de la mêlée pour filer vers sa première victoire, derrière un trio se battait comme des chiffonniers. Et ce n’est rien de le dire !

On a eu droit à une lutte sans merci entre Márquez et Rossi puis entre ces deux-là et un Cal Crutchlow dont le mot d’ordre était de ne faire aucun prisonnier. Souvent, on n’est pas passé loin de la correctionnelle, mais si le trio a joué avec les limites, celles-ci n’ont pas été franchies. Entre Márquez et Rossi, les images de Sepang de l’an dernier sont revenues en mémoire.

Mais cette fois, tout s’est bien passé. Le Doctor a même adoubé les passes d’armes : « cette bagarre avec Marc et Cal était très sympa. Je suis très content de ce podium. C’était une belle course, avec une lutte acharnée dans les premiers tours comme à la fin. J’ai quelques traces de pneus sur mon cuir suite à des contacts avec Marc. Face à lui, la bataille est toujours très intense. J’aurais adoré voir ça devant un écran ».

Un qui en a profité aussi sur l’écran est Cal Crutchlow : « au virage 16, je me suis presque fait éjecter de la moto en remettant les gaz et je regardais au même moment l’écran du circuit. Je me suis alors dit que ça n’avait pas l’air de bien se passer ! » Ravi de sa seconde place conquise sur ses terres au sortit d’une victoire à Brno, le pilote LCR confirme que les contacts ont été légion : « oui il y a eu des contacts et Márquez m’a touché à près de 320 km/h. Il n’y ait pour rien car j’avais coupé les gaz alors qu’il continuait à rester à fond. Il m’a touché la jambe avec l’aileron je crois. Je me suis retrouvé un peu sur l’extérieur, mais je me suis dit qu’il fallait que je prenne quand même ce virage sinon un autre allait se faufiler. C’est la seconde place qui était en jeu ».

Une deuxième position aux airs de Saint Graal : « à l’arrivée j’ai dit à Vale avoir senti son pneu ou sa fourche toucher mon casque au virage 13. Et je ne plaisantais pas ! Mais il n’était pas question que je lâche l’affaire car il m’aurait passé au virage suivant et peut-être un autre encore. Alors je suis reste sur la trajectoire. J’ai senti un coup sur le casque et je me suis alors dit que je devais peut-être relever un peu la moto… »

Le tout dans une franche rigolade ! « Je pense que l’on s’est battu de manière loyale. Personne ne s’est plaint des manœuvres des autres. J’en ai fait aussi et je continuerai à en faire. On s’est aussi touchés en ligne droite lorsque la Honda se cabrait à l’accélération, ce qui lui arrive presque toujours. On s’appuyait sur l’un l’autre ! Mais de ce que j’ai pu voir, personne n’a rien à redire sur notre bagarre ». De la bonne et vraie course de moto assumée par de solides pilotes comme on les aime.

Tous les articles sur : Cal Crutchlow, Marc Marquez, Valentino Rossi