Cela faisait belle lurette que l’on n’avait pas vu autant de vainqueurs de Grands Prix différents en une saison de MotoGP. Alors que celui de Grande Bretagne en est à sa veillée d’armes, nous en sommes à six. Un septième ce dimanche du côté de Silverstone ? Maverick Viñales se dit que ce serait possible.

Avec un Jorge Lorenzo, il est de ces pilotes dont les performances font plus que le grand écart lorsque la piste passe du sec au mouillé. Mais à Silverstone, ce samedi-après-midi, il y a eu comme un déclic. En difficulté lors de la FP4, c’est un Viñales nouveau qui s’est lancé à l’assaut des qualifications pourtant disputées par des conditions similaires. Et même pire. Mais le team et le pilote ont renversé la situation : « la séance a été très compliquée. Je n’avais pas eu beaucoup de feeling sur la moto pour la FP4 et j’avais vraiment l’impression que je pouvais tomber à n’importe quel virage » se souvient le futur équipier de Valentino Rossi, second et qui le devance juste sur la grille de départ.

« Le team a cependant bien amélioré la moto en une demi-heure et ça m’a permis de me sentir bien plus à l’aise pour les qualifications. Je ne me voyais pas du tout me qualifier en première ligne sur piste mouillée, surtout après la FP4. Quand on a toujours été rapide sous la pluie et qu’on se retrouve soudainement en difficulté, ce genre de résultat fait vraiment plaisir ».

C’est la troisième première ligne de l’ancien Champion du Monde Moto3 cette saison. Une base d’assaut idéale pour la course dominicale qui promet de se dérouler sur le sec. Or, sous ce régime, Viñales a montré que sa GSX-RR était prête à en découdre en s’appropriant d’abord la FP1 avant de finir second les FP2 et FP3… Et si son tout était venu ?

Tous les articles sur : Maverick Vinales