Pablo Nieto a beaucoup travaillé ces derniers temps. En moins d’une année, le team manager du Team Sky Racing VR46 est passé de responsable d’une équipe ayant pour but de faire éclore la future grande star italienne, Romano Fenati, à responsable de deux structures, Moto3 avec Niccolo Bulega et Andrea Migno, et Moto2 avec Pecco Bagnaia et Stefano Manzi. Donc sans Romano Fenati.

“Ce fut un assez grand désordre, mais au final, c’est tout simplement plus de travail. C’est une toute nouvelle équipe à gérer, et le principe est de créer une structure à partir de zéro, avec les camions, le box, c’est ce qui te prend le plus de temps. Ce sera difficile, mais merveilleux”, a déclaré Pablo Nieto qui entame sa troisième saison en tant que directeur de l’équipe de Valentino Rossi après l’éviction de Vittorio Guareschi.

Bien que “de toute évidence, le projet est d’essayer de gagner le championnat avec un pilote italien” le fils d’Angel Nieto renforce la structure avec des techniciens espagnols: “Il y a des gens qui ont été avec moi, des mécaniciens de toute une vie, chez Laglisse. Cela est ma 19e saison en Championnat du monde et, pour moi, il était important d’amener ses personnes de confiance “.

Concentré sur le présent, le passé parfois douloureux est relégué au second plan : “Fenati est un échec personnel pour moi. Vous pensez que vous pouvez faire des choses qui, malheureusement, ne se produisent pas. C’était un défi personnel qui ne pouvait pas être, mais nous nous sommes donnés à 100%. Il a un fort caractère et on ne peut blâmer ni lui, ni nous; l’association n’a pas fonctionné et ne pouvait pas le faire. Romano a un grand talent et c’est un candidat pour le titre. Le bon côté des choses est que ce qui s’est passé l’a fait méditer avant d’arriver dans sa nouvelle équipe “

Le présent, c’est également jeudi, l’anniversaire d’un patron très impliqué dans les décisions des teams : “Il est lié à 100% avec l’équipe, mais nous essayons de le préserver de tout ce qui est possible, parce que pour lui également se jouent des choses importantes, et il est de plus en plus fort. Mais c’est lui qui prend toutes les décisions importantes.”

De plus en plus fort, Valentino Rossi l’est également grâce à la VR46 Academy, selon Pablo Nieto qui le connaît depuis 20 ans : “Ce que fait Valentino à 38 ans est spectaculaire, mais il prend beaucoup de plaisir avec les jeunes de la VR46 Academy et cela se passe également très bien sur les karts, les mini-motos et tout le reste, comme s’il avait 16 ans.
Je pense que l’Académie aide autant les pilotes que Vale, à 50%. Il ne servirait à rien à Vale de s’entraîner tout seul et, évidemment, il est très pratique de s’entraîner avec les jeunes. Et pour eux, c’est s’entraîner avec leur idole, et ils savent qu’ils le font avec le meilleur.”  

Mais parmi les choses importantes que doit affronter Valentino Rossi se trouve son coéquipier, Maverick Vinales. Pablo Nieto, qui connaît bien le garçon pour avoir été son Team manager quand il fut sacré champion du monde Moto3 en 2014, se veut positif : “Il est évident qu’il doit y avoir de la rivalité, dire le contraire ne serait pas réaliste. Vous voulez toujours gagner par rapport à votre coéquipier, c’est sain et cela relève le niveau de l’équipe, mais les deux sont très intelligents et veulent s’aider, puis, en piste, le meilleur gagnera.”

Enfin, concernant le futur à un tout petit peu plus long terme, à savoir une éventuelle arrivée en MotoGP d’ici quelques années, cela n’effraie pas l’ancien pilote espagnol : “Il est encore trop tôt pour le dire. Lorsque Sky, notre partenaire, sera content, nous ferons le saut.”

Et quoi de mieux qu’un titre mondial, pour rendre SKY content ?

Source: Mundodeportivo

Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Migno, Francesco Bagnaia, Maverick Vinales, Nicolo Bulega, Stefano Manzi, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : SKY Racing Team VR46, Sky VR46 Moto2