A l’heure où les débordements footballistiques envahissent la Canebière, nous pouvons être fiers de notre sport qui, même au paroxysme de la crise que nous avons connue en fin d’année dernière, n’a rien engendré d’autre que quelques sifflets et insultes.

C’était certes regrettable, mais par rapport à d’autres sports, cela apparaît bien inoffensif…

Soyons donc fiers de notre sport, de nos pilotes et spectateurs, toutes nationalités confondues!

Vive la moto !

Tous les articles sur :