Dans le débriefing qu’il effectue après chaque Grand Prix pour motorsportmagazine.com, l’ancien multiple Champion du Monde a livré son analyse sur plusieurs évènements marquants du GP d’Espagne, dont le retour de Jorge Lorenzo au premier plan et les difficultés des pilotes officiels Yamaha.

« Valentino a vraiment été en difficulté et il sera intéressant de voir ce qui se passera. Il y a eu même des discussions, je pense, peut-être, pour essayer un châssis différent. Une des choses que Valentino pourrait essayer serait de revenir au châssis 2016 comme celui que Folger et Zarco utilisent.

« L’autre chose qu’ils ont testé lundi, c’est le pneu Michelin à la construction plus dure, auquel tout le monde essaie de revenir. J’ai trouvé pendant mes années de course que la construction est essentielle pour la stabilité. Cela aide à ressentir. Mais je pense que dimanche Michelin a peut-être manqué un peu le bateau dans ces conditions vraiment chaudes avec les gommes. C’est probablement une combinaison des deux. À mon avis, ce sont principalement les problèmes de construction qui affectent la stabilité et le ressenti. On a parlé de certains pilotes qui n’utilisaient plus leur genou sur le côté gauche parce qu’ils n’étaient pas capables d’obtenir tellement d’inclinaison.  

« Vous pouvez régler des problèmes de configuration ou même de traction en changeant votre trajectoire et vos réglages, mais si les pneus sont hors du coup, cela limite vraiment ce que les pilotes peuvent faire.

« Nous verrons ce qui se passe avec Valentino. J’aime vraiment son attitude cette année – il ne laisse pas beaucoup de choses l’affecter. Il est leader du championnat du monde avec maintenant seulement deux points d’avance sur Viñales, mais je pense que c’est certainement la bonne attitude.

« J’espérais que nous allions voir la bataille ce week-end entre Viñales et Marc Márquez que nous n’avions pas pu voir à Austin. L’attitude de Maverick est un peu différente et nous avons vu que cela se produisait avec la pression à Austin et ce week-end, surtout après les courses. Nous allons voir, il est encore jeune et n’a jamais été dans cette position en MotoGP. Bien sûr, il a remporté un championnat du monde, il sera intéressant de voir ce qui se passe à la prochaine course. »

« Jorge Lorenzo n’aurait pas pu être plus heureux s’il avait gagné le Grand Prix. Je pense que pour lui, c’était un peu une rédemption, et il en a parlé plus tard, il montre peut-être qu’il a pris la bonne décision. Nous devrons attendre et voir. Il va bien à Jerez et c’est également un pilote qui utilise l’équilibre de la moto entre l’avant et l’arrière pour travailler sur l’entrée en virage et il est très précis pour ça. Je pense que cela l’a aidé dimanche. 

« L’autre chose qui l’a aidé était le rythme lent de la course. Ils n’étaient que deux secondes plus vite que le temps total de course lorsque Valentino a gagné l’année dernière et 29 secondes plus lent que lorsque Jorge Lorenzo a remporté cette course en 2015*. Vingt-neuf secondes, c’est beaucoup. Normalement, vous ne voyez pas cela. Je pense que cela a aidé Jorge et certains autres à maintenir ce rythme. »

Rappelons toutefois qu’en 2015, Bridgestone en était à leur septième année de présence en tant que mono manufacturier, et que les motos disposaient d’électronique “libres”.

*Pedrosa 2017 : 45’26.827, Lorenzo 2015 : 44’57.246

Photo © Repsol Media

Source : motorsportmagazine.com

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :