C’est dans une position de leader du championnat, qu’il qualifie lui-même d’inespéré, qu’arrive Valentino Rossi à Jerez. Un tracé qui sera le théâtre d’un Grand Prix d’Espagne, quatrième rendez-vous de cette saison de MotoGP. Une terre de succès pour le Doctor. L’an dernier, il y avait brillé, mais c’est aussi le lieu de son avant-dernière réalisation recensée. L’ultime à ce jour, c’est la Catalogne en juin 2016. Alors oui, le moment est peut-être venu pour le Doctor de renouer avec la victoire. Qui serait aussi le succès numéro 500 pour Yamaha.

Certes, mais c’est plus facile à dire qu’à faire, surtout avec un redoutable Vinales dans le box Yamaha et un Márquez qui s’est refait une santé à Austin. Cependant, les choses vont de mieux en mieux avec la nouvelle M1 et le pneu avant Michelin. Il reste encore à faire, mais le nonuple titré est sur la bonne trajectoire : « je n’aurais jamais pensé arriver à Jerez comme leader du classement général » confesse l’homme de Tavullia. « J’en suis très heureux car nous avons résolu pas mal de problèmes rencontrés lors des tests hivernaux, et on a pu faire de belles courses ».

« Néanmoins, il nous faut encore progresser, c’est certain. Ce week-end à Jerez sera très important. C’est la première course européenne, et c’est un circuit que j’aime vraiment. On a progressé pas mal à Austin dès les séances d’essais libres et il sera essentiel de continuer ainsi à Jerez. On commence à comprendre comment il faut travailler avec cette moto et je suis convaincu que l’on va finir par trouver ce dont nous avons besoin pour gagner ».

Valentino Rossi compte neuf victoires à Jerez, dont sept en catégorie reine. L’an passé, il avait dominé ses adversaires à Jerez, ce qui n’était plus arrivé depuis 2009, qui plus est en s’étant élancé de la pole position et en ayant mené chacun des tours. Enfin, le fait que Valentino Rossi pointe en tête du classement provisoire en arrivant à Jerez constitue une première depuis la fin de campagne 2015. L’Italien est le pilote le plus âgé à mener le général de la catégorie reine depuis Jack Findlay en 1977 (500cc).