Voici la partie consacrée au MotoGP d’un texte publié par KTM qui compare les freins en MXGP et MotoGP.

Elle comporte quelques chiffres intéressants, techniques ou financiers…


Le MXGP et le MotoGP™ sont deux disciplines de course qui sont aux antipodes à bien des égards, et l’aspect du freinage est l’une des grandes différences. Nous avons eu un aperçu des factions Red Bull KTM des deux paddocks pour mieux la comprendre….

OK, simplement à travers la nature respective de la course sur route et du motocross, il est facile de voir pourquoi le sujet des freins et du ralentissement de la moto est si différent. Dans une série comme le MotoGP, les systèmes de freinage des roues avant sont indispensables pour garder la KTM RC16 sur la piste, aussi bien à partir de vitesses approchant les 360 km/h que lors des dépassements. En MXGP, le même principe s’applique, mais de nombreux autres facteurs entrent en jeu, comme le type de terrain, le freinage moteur et les effets gyroscopiques en l’air. Un pilote de motocross utilisera à peine le frein avant dans le sable et le dépassement peut passer par d’autres voies, telles que le choix de la trajectoire, la motricité et le temps en l’air.

Le freinage est un élément indéniable de la course, voire une forme d’art qu’un professionnel aura perfectionné au fil des années de pratique. Mais il est curieux de voir à quel point son importance peut varier.

« C’est essentiel », dit John Eyre, un vétéran de près de vingt ans en MotoGP, et qui fait maintenant partie de l’équipe technique de Bradley Smith. « Nous utilisons principalement des freins carbone en MotoGP, sur le mouillé et sur le sec. Nous aurons un disque de 340 High Mass sur les circuits à fort freinage comme Sepang [Malaisie] et Motegi [Japon], et il y a une option de masse standard de 320mm, que nous utilisons sur le mouillé avec des cache-disques. Chaque moto doit freiner et cela explique et justifie le coût. »

Ce chiffre peut atteindre des niveaux stupéfiants au sommet de la course sur route. « Quand je travaillais pour d’autres constructeurs, le budget était d’un million d’euros rien que pour les freins », explique M. Eyre. « Nous avions une palette pleine de boîtes Brembo. Lorsque vous chutez en MotoGP, vous abîmez généralement un jeu de plaquettes et de disques ; un ‘mouchetage’ signifie qu’ils sont détruits. Il s’agit de 12 000 euros pour les disques et de 4 à 5 autres pour les plaquettes. Vous essayez de garder votre meilleur set pour la course et un autre set que nous transférerons d’une moto à l’autre ».

Pourquoi si cher ? La résistance et la fiabilité du matériau Brembo utilisé par KTM ne doit pas seulement être performant pour des raisons sportives, mais aussi pour une sécurité absolue. « C’est la force », dit-il, en parlant de la puissante force G qui met à rude épreuve à la fois le pilote et la machine. « En ce qui concerne la température, je sais qu’au Motegi, nous roulions à près de 1000 degrés, ce qui est la limite et la raison pour laquelle vous avez vraiment besoin des 340mm. Chaque pilote est différent avec son freinage, avec des forces différentes, donc cela signifie un composé de plaquettes différent ».


Pour compléter cet extrait et expliquer le coût des disques et des plaquettes en carbone, nous rappelons que leur fabrication nécessite une cuisson durant 9 mois !