Selon le site généralement bien documenté Corsedimoto, Ducati apporte chaque année au Mugello une version préparée de son moteur, et ce serait de nouveau le cas cette année.

Le problème, c’est que cette annonce pourtant bien sympathique paraît assez étrange…

Tout d’abord chacun se rappelle que toute évolution moteur est interdite durant la saison. Cela concerne le bloc moteur lui-même et renvoie donc l’unique possibilité d’améliorer le propulseur aux éléments extérieurs que sont l’admission, l’échappement et l’électronique. Or, en partant d’un moteur aussi abouti que celui de la GP17 ou de tout autre MotoGP, nous voyons mal comment une admission, un échappement, ou même l’électronique, pourraient apporter suffisamment de chevaux supplémentaires pour que cela se traduise de façon notable sur la vitesse de pointe. Qui plus est, pourquoi attendre le Mugello, et uniquement le Mugello ?

De fait, l’article concerné explique que la « superevoluzione toscane » est un mélange de haute technologie, d’électronique et d’aérodynamique. La technologie étant figée pour l’année, tout comme l’aérodynamique à l’exception des deux évolutions pouvant être homologuées (ce que Ducati n’a pas encore fait à ce jour), il ne resterait donc que l’électronique magique pour apporter les chevaux nécessaires.

À ce sujet, il suffit de comparer les vitesses de pointe grosso modo équivalente des Yamaha officielles et satellites, ces dernières ayant pourtant un régime maxi notablement moins élevé, pour comprendre qu’il faudrait sérieusement compter sur le côté magique de l’électronique pour pouvoir booster les Ducati lors de leur Grand Prix national.

Alors certes, Andrea Iannone a réalisé l’année dernière la plus grande vitesse de pointe des MotoGP au Mugello, avec 354,9 km/h en course. Mais n’oublions surtout pas que le circuit italien possède la plus grande ligne droite de la saison (1141 m) après Austin, et fait suite à une parabolique en descente…

Cette année, sans les ailerons, il est probable que cette vitesse soit dépassée. Sans que cela tienne forcément pour autant à une « superevoluzione toscane » !