Le Mugello n’est certes pas le circuit le plus exigeant question freinage (il s’agit sans doute de Motegi), mais avec  une décélération de 1,7 g en bout de ligne droite et une durée de freinage sur un tour de 27% (chiffre annoncé par Brembo cette année, au lieu des 19% habituels; erreur?), les freins seront néanmoins importants, à défaut d’être décisifs.

A cet égard, on signalera que si les Ducati utilisent habituellement les gros étriers Brembo, à l’inverse de la concurrence, c’est également le cas de Suzuki depuis le début de saison et le passage aux étriers en aluminium, aussi bien pour Maverick Vinales que pour Aleix Espargaro. Qui plus est avec les gros disques et des écopes de refroidissement.

Une solution “heavy duty” que n’utilise pas Marc Marquez, qui fait pourtant du freinage son point fort. Il y a là matière à réflexion…

freins
brembo-italia

Tous les articles sur :