Les résultats de la saison MotoGP 2017 ne traduisent pas réellement le niveau des motos. En effet, si Marc Márquez a été titré en fin d’année, cela tient plus à son grand talent qu’à une domination des Honda, la machine de Tokyo continuant à être difficile à piloter, principalement à cause d’un ensemble pneu avant-train avant délicat.

De l’autre côté, les Yamaha qui, traditionnellement ont toujours fait figure de machines les plus homogènes du plateau, ont connu quelques sautes d’humeur assez inexplicables. Du moins, en ce qui concerne les Yamaha officielles…

Dans ces conditions, c’est bien la Ducati qui a le plus progressé et s’est montrée la plus constante tout au long de la saison passée.

À Borgo Panigale, on cherche tout azimut, que ce soit en aérodynamique (pas la peine de vous faire un dessin), en châssis (prototype GP18 à rigidité variable) ou dans bien d’autres domaines plus discrets, tels les programmes de prédiction (voir ici et ici), le Mass Damper, les mesures de dépression du cockpit (voir ici), etc.

Mais s’il y a une chose que l’on ne remet pas en cause, près de Bologne, c’est bien le bras oscillant en carbone apparu sur les Ducati de Grand Prix en 2009.

Est-ce la raison pour laquelle Honda s’intéresse maintenant à cette technique ? Nul ne le sait, mais toujours est-il que le bras oscillant en carbone que nous avions aperçu sur la RC213V de Marc Márquez lors des tests à Valence (voir ici) n’a pas été relégué aux oubliettes, loin de là, mais à nouveau essayé lors des derniers tests à Sepang.

Les essais qui auront lieu à partir de vendredi à Buriram en Thaïlande nous indiqueront si Honda poursuit dans cette direction, et si, éventuellement, les machines officielles en seront équipées cette année en certaines occasions…