Pendant que les Japonais tournaient à Brno, les Européens avaient élu domicile à Misano pour des tests en vue d’améliorer l’ordinaire de la saison et préparer l’avenir. Parmi eux, Aprilia, dans l’œil du cyclone depuis que le patron du groupe Piaggio a tapé du poing sur la table au lendemain du Red Bull Ring.   

Et on a mis les petits plats dans les grands chez les servants de la RS-GP. Quatre pilotes sur la piste avec un regard sur les chronos. L’objectif ? Ne pas être trop loin des Ducati et faire en sorte que les KTM RC16, elles aussi présentes, ne soient pas trop près. Car la firme de Mattighofen ne cache pas son ambition de tailler des croupières dès le Grand Prix de Valence à la seconde marque italienne engagée.

Romano Albesiano a donc étudié les tours des titulaires Bradl et Bautista en partance vers d’autres horizons à la fin de la saison, de Sam Lowes qui prépare son arrivée pour l’an prochain, et d’un Mike Di Meglio qui a fait sa part mais qui n’a même pas eu droit à quelques mots dans le communiqué officiel de la marque. La voix d’Aprilia est parfois comme celle du Seigneur : impénétrable.

Enfin, l’occasion était belle de se préparer pour un Grand Prix de San Marin qui aura lieu le 11 septembre prochain. Les temps des Ducati ont été annoncés à 1’33.115 pour la meilleure Desmosedici de Iannone. Chez Aprilia, on se serait contenté d’un 1’34.00. Pour Bautista et Bradl, on a travaillé sur le châssis, l’électronique et les pneus pour optimiser le comportement en courbe. Un nouveau bras oscillant était de la partie tandis que, côté moteur, l’essentiel a déjà été donné en Autriche. Le premier a fait en tout 121 tours en deux jours contre 117 pour le second. Avec le sentiment final d’avoir gagné quelque chose sur la stabilité au freinage.

Sam Lowes quant à lui s’est familiarisé durant 135 tours au pilotage d’une MotoGP. Enfin, Mike Di Meglio a travaillé sur la transmission, soit tant sur l’embrayage que sur la boite elle-même. Il a aussi testé des solutions en matière de refroidissement et quelques innovations en matière d’électronique. Ce qui en est ressorti sera appliqué lors du prochain rendez-vous du calendrier, dans moins de deux semaines, à Silverstone, pour le Grand Prix de Grande Bretagne.