Dès la première journée d’essai, Andrea fit preuve d’une grande forme et d’une motivation intacte en réalisant le meilleur temps en 1’38.280 devant la Honda désormais officielle de Cal Crutchlow et les deux Ducati d’Andrea Dovizioso et de Jorge Lorenzo. La deuxième journée n’était pas mal non plus en 1’38.067, bien qu’Andrea Dovizioso devançât tout le monde avec un nouveau record de la piste de 1’37.663 avant que les mécaniciens bolognais ne rechargèrent les Desmosedici dans les semis en direction des ateliers de Ducati Corse.

Iannone continuait de limer le bitume le troisième et dernier jour et il réalisait le premier temps en MotoGP, le deuxième au général derrière la Kawasaki de Jonathan Rea (en pneus de qualification, contrairement à la Suzuki).

En ce vendredi, l’idée était surtout de valider des solutions afin que les techniciens de Suzuki au Japon sachent quelles solutions garder, lesquelles mettre à l’écart, et surtout dans quelles directions travailler. Pour éviter les errements de l’année dernière, avec un moteur validé qui n’aurait jamais dû l’être, aux 66, 56 et 33 tours de Iannone sur trois jours sont venus s’ajouter les 78 et 61 d’Alex Rins sur deux, et les 93 et 74 de Sylvain Guintoli sur deux. Si avec ce total de distance parcourue les techniciens n’ont pas assez de données enregistrées, c’est à désespérer. Les protos devraient donc être fin prêts pour Sepang fin janvier.

Pour Andrea Iannone « Ce test a été très intense parce que nous voulions essayer beaucoup de choses, et globalement je me sens fatigué, mais satisfait.

« Tout d’abord, nous nous sommes concentrés sur la sensation, le nouveau châssis et les différentes configurations. Globalement, je peux ressentir les nombreuses améliorations. J’ai été efficace sur l’attaque au tour par tour, mais aussi très vite dans le rythme.

« L’un des domaines que nous voulions améliorer était la constance de la performance des pneus neufs par rapport aux pneus usés, ce qui signifie être capable de rester compétitif pour la durée d’une course.

« Ensuite, nous avons eu le moteur avec de nouvelles spécifications, et nous avons été en mesure de faire beaucoup de tours afin de faire une comparaison appropriée. La sensation s’est améliorée. Je ne m’attendais pas à un tel grand pas en avant et je suis positivement impressionné.

« Quoi qu’il en soit, nous devons garder les pieds sur terre et continuer à travailler. Nous avons encore des domaines où nous pouvons nous améliorer, et ce sera la tâche pour l’hiver. »

Selon Alex Rins, « Le test a été positif car nous avons pu essayer beaucoup de choses différentes et livrer des informations importantes aux ingénieurs pour qu’ils puissent finaliser la GSX-RR 2018.

« Nous avons encore testé quelques pièces que nous avions déjà essayées à Valence, mais aussi en Aragon, car nous avions besoin de confirmer les données. Les éléments se sont révélés efficaces et ma sensation avec la moto s’est améliorée.

« Je pense que je peux être plus confiant, ce qui se traduit par une amélioration du temps au tour. J’ai été impressionné par le rythme avec le châssis évolution. Nous ne changeons pas la nature de la moto. Nous travaillons à la cohérence, mais nous améliorons les domaines qui nous semblent faibles. »

D’après Sylvain Guintoli, « Ça a été un très bon test pour nous ici à Jerez. C’était génial d’être de retour en mode MotoGP et en pneus Michelin à nouveau. Nous avons travaillé très dur pour tester de nombreux éléments, et au final nous avons réussi à collecter des données importantes. C’était aussi agréable de partager les commentaires avec Andrea et Alex, et de voir comment le GSX-RR a été amélioré et pourrait encore l’être. La sensation à la fin était géniale. »

Photo © Suzuki