Le Grand Prix du Qatar a toujours ressemblé depuis sa création à un vaste champ d’expérimentation en tous genres, en particulier au niveau de la chaleur diurne, de l’humidité nocturne, des horaires et de l’éclairage. On a même eu droit une année aux séances de warm up la veille des courses. C’est dire !

Cette année, nous allons voir à l’occasion des tests qui vont se dérouler cette semaine à des essais sur piste humide. Non pas sous la pluie, mais sur un asphalte recouvert d’eau au préalable, comme présenté ici. Le Grand Prix du Qatar 2009 laissa des souvenirs impérissables d’humidité à ceux qui y participèrent, comme on peut le voir sur les photos ci-jointes.

Samedi prochain à 19h30 heure locale (17h30 heure française), les essais seront temporairement arrêtés, le temps d’arroser la piste, avant qu’une heure de test ne termine la journée. Est-ce une bonne idée ?

Pour le chef d’équipe de Maverick Viñales, Ramon Forcada, « Je pense que ce test est plus un défi pour les pilotes que pour les équipes. Le problème est d’évaluer la capacité de vision sous les projecteurs. Les coureurs doivent savoir s’ils repèrent facilement les points de freinage, les vibreurs, etc. »

« Pour nous, ce test ne porte pas sur les points positifs ou négatifs, mais sur le règlement. S’il doit pleuvoir au Qatar, il est préférable de tester maintenant la piste dans des conditions humides », explique Santi Hernandez, chef d’équipe de Marc Márquez.

Paul Trevathan, chef de l’équipe KTM de Pol Espargaró, ajoute : « Nous devons le faire. Je comprends la raison pour cela. Il est compréhensible que la pluie ne nous empêche pas de courir, mais il faut aussi penser à la sécurité. »

« Il est important d’effectuer cette vérification », déclare Lucio Cecchinello, propriétaire de l’équipe LCR. « Même s’il pleut rarement au Qatar, la pluie est très forte et les pilotes doivent vérifier à quel point perturbe le reflet de la lumière sur l’eau, ce qui peut rendre la tâche très difficile. Cela demande beaucoup d’efforts, mais c’est nécessaire si l’on veut rouler sous la pluie. »

« Nous avions l’un des rares pilotes de l’équipe, Tito Rabat, qui était sur la piste mouillée en 125 cm3 sous les projecteurs, mais il est revenu après deux tours car la visibilité était très limitée », a déclaré Michael Bartholémy (Marc VDS). « Mais je pense que la décision de faire ce test est bonne. »

Le pilote Ducati Jack Miller n’est pas inquiet. « Ça ne me dérange pas. Quand il y avait quelques endroits humides l’année dernière, ça ne me dérangeait pas, ça ne me stressait pas, ça va être glissant, mais c’est pareil pour tout le monde. Je ne pense pas que les projecteurs causent des problèmes. ”

« Bien sûr, nous voulons que le spectacle continue malgré la pluie, mais la sécurité passe avant tout », a déclaré Bradley Smith.

Photos © motogp.com / Dorna

Source : Frank Aday pour Speedweek

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :