La grille de départ de la saison 2017 de Moto2 sera marquée par un peu plus de diversité que sa précédente. Car l’hégémonie Kalex sera moins criante. Certes, SpeedUp et Tech3 continueront à résister, mais il y aura aussi le nouveau venu KTM. Et aussi le retour de Suter. Un choix suisse effectué par le team Dynavolt Intact GP qui poursuivra son aventure avec le tandem allemand Cortese-Schrotter. L’équipe dresse le bilan de sa dernière escapade à Valencia. Et c’est plutôt encourageant.

Ils étaient arrivés pour les deux jours de tests à Valencia avec l’idée de tourner sans transpondeurs. Une manière de travailler sans la pression des regards. Mais il faut croire que les choses se sont finalement bien passées, puisque le team Dynavolt Intact GP est fier de présenter ses performances relevées avec la toute nouvelle Suter équipée de suspensions Öhlins.

Le premier jour sur le sec, la meilleure performance de l’équipe est revenue à Sandro Cortese qui a réalisé un chrono de 1’35.7. L’autre élément du binôme, Marcel Schrotter, a fait à peine moins bien avec un 1’35.8. Ce dernier a pris sa revanche sur la piste humide du lendemain avec un 1’47.692 qui le met devant la meilleure performance officielle de Bagnaia.

Sur les deux jours, Cortese a fait 88 tours et Schrotter 115. De quoi récolter plein de données : « la Suter est une moto totalement différente jusqu’à la position sur la moto » raconte Cortese. « Sous la pluie, on a mis plus de temps à trouver les réglages et sur le sec, on a fait surtout attention à ne pas chuter ce qui nous aurait ralenti dans notre travail. Mais nous nous avons de quoi être confiants. Je m’adapte vite et bien à la moto. C‘était bien de pouvoir rouler avant la trêve hivernale, comme ça les gars vont pouvoir étudier les données avant la reprise ».

C’est Schrotter, le moral était aussi au beau fixe : « ces tests ont été positifs et pouvoir rouler à la fois sur le sec et la pluie a été une chance. On est assis plus haut sur la moto qui est plus étroite. La sensation avec les pneus est différente et il me faudra encore plusieurs tours avant de bien la cerner. Je suis content d’avoir roulé sous la pluie car cette année, j’ai eu des difficultés dans ces conditions. Je pars en vacances avec des sensations positives, aussi bien sur la moto que sur l’équipe. Ma confiance est totale ».

Tous les articles sur : Marcel Schrotter, Sandro Cortese