Elias connut son heure de gloire quand il remporta le Grand Prix du Portugal en 2006 avec une minuscule avance de deux millièmes de seconde sur Valentino Rossi. La course avait été superbe, et Toni gagnait là sa dix-septième course de Championnat du Monde, après 2 en 125 cm3, 7 en 250 et 7 en Moto2. Il a été sacré Champion du Monde Moto2 en 2010.

Il est depuis parti aux Etats-Unis, où il a remporté le championnat national MotoAmerica 2017 organisé par Wayne Rainey et ses associés, sur une Suzuki Yoshimura.

Lors de sa carrière en mondial, Elias a été impressionné par deux pilotes « Manuel Poggiali a été un adversaire très fort, qui a remporté deux Championnats du Monde. En 125 et 250, Manuel a démontré son talent, puis s’est retiré. Maintenant il est hors de notre environnement, mais je sais qu’il est heureux et c’est ce qui compte. Mais le meilleur de tous est, à mon avis, c’est Valentino Rossi, que j’ai battu au Portugal en 2006 avec ma Honda en MotoGP.

En quoi est-il différent ?

« A mon avis, Rossi est le meilleur pilote de tous les temps. Il est encore plus fort qu’Agostini et Nieto. Valentino a 38 ans, une énorme détermination et deux balles grosses comme ça. Pour battre Rossi vous devez l’attaquer du début à la fin, sans lui donner le temps de penser. En fait, je l’ai fait au Portugal mais cela m’a coûté un effort immense.

Marquez est-il le nouveau Rossi ?

« Marquez est le même que Rossi, Marc a étudié Valentino dans chaque détail de sa carrière, en combinant son ADN gagnant avec ce qu’il avait appris de son prédécesseur, puis l’a battu plusieurs fois. La différence entre Marquez et Rossi est l’âge : le premier a 24 ans, le second 38. En tenant compte du temps qui passe et de combien il est difficile de rester sur la crête de la vague, ces 14 années de plus nous montrent à quel point Rossi est fort. Il s’est mis en colère quand il a vu Marquez le copier, parce qu’il était alors le jeune qui avait étudié et appris pour prendre la place du champion.

Elias n’est pas très motivé pour retraverser l’Atlantique : « Aux Etats-Unis, le pilote maintient son engagement jusqu’à la fin et l’équipe paie toujours ses employés à temps, ce qui n’est pas le cas en Europe. C’est pourquoi je suis bien en Amérique. Mais j’avoue que si Suzuki me proposait de courir en WSBK avec une moto et une équipe officielles, j’y penserais : je suis heureux aux USA, mais ma famille me manque et pour réaliser un tel projet, il faut une équipe qui a le désir, le sérieux et l’argent pour gérer les GSX-R officielles. Suzuki est au niveau de Ducati et de Kawasaki, et en WSBK peut revenir à la victoire.

Comment s’annonce l’avenir ?

« J’ai encore une année de contrat avec Yoshimura, et je veux essayer de remporter à nouveau le titre MotoAmerica. Après je ne sais pas ce que je vais faire. Mon plus grand souhait serait d’effectuer un GP en wild card sur une Suzuki MotoGP officielle. J’en serais très heureux, parce que dans la classe supérieure, je n’ai jamais couru pour une équipe d’usine. »

Photo © Yoshimura Suzuki

Source : Gpone.com

Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams :