Jusqu’à présent, les seules informations qu’une équipe pouvait communiquer à son pilote devaient passer exclusivement par le panneau de signalisation. Les seules indications sur le tableau de bord ne pouvaient provenir que de la Direction de course (drapeau rouge, drapeau noir, etc). Il sera peut-être bientôt possible à ces mêmes équipes d’envoyer des messages aux pilotes sur leur tableau de bord.

Mike Webb, le Directeur de course des Grands Prix, explique l’éventuelle nouvelle procédure : « La technologie elle-même est prête, mais nous continuons à demander l’accord de toutes les équipes – ce qui inclut les pilotes – sur ce que tout le monde veut réellement, dans la limite de ce qui est possible. Il y a des équipes et des pilotes qui disent «nous n’en voulons vraiment pas » et d’autres qui disent «oui, c’est un bon outil, nous allons l’utiliser ». Ce n’est donc pas encore finalisé.

« Ce sera un système de messages texte très brefs, aussi clairs et succincts que possible. Pour le moment, la proposition est de commencer avec un système de menu, avec cinq ou six messages disponibles, si l’équipe veut les utiliser.

« Ces cinq ou six messages doivent être définis par nous. Il ne s’agit donc pas d’un système de messagerie textuelle. C’est un petit choix de messages clairs et succincts qui sont liés aux conditions météorologiques, quand un pilote doit entrer à son stand. Des choses comme ça.

« Peut-être qu’il évoluera avec quelque chose de plus. Personnellement, je dois encore être convaincu que c’est une excellente idée d’avoir une communication illimitée avec les pilotes. Donc je préférerais qu’elle soit limitée.

« Pour être honnête, vous devez vous rappeler que les équipes communiquent de toute façon avec leurs pilotes avec les panneaux de signalisation. Ils peuvent facilement y mettre un «P2», ce qui signifie reculer d’une place.

« Même si je m’intéresse davantage à la sécurité – pour informer les pilotes des changements climatiques, par exemple -, il y a aussi un peu de philosophie dans le système de messagerie, car un Gand Prix moto n’est pas une course d’endurance, c’est une course de sprint.

« C’est l’homme et la machine seuls sur la piste, faisant une course généralement sans arrêt aux stands, et c’est aux pilotes de décider de leurs propres tactiques basées sur la façon dont ils voient la course. Par opposition à avoir une équipe, comme en Formule 1, qui décide les tactiques pour eux.

« Comme je l’ai dit, la technologie est prête, mais cela exige également que toutes les équipes disposent des mises à jour à la dernière version du logiciel officiel. [Corrado Cecchinelli, directeur de la technologie du MotoGP : « Un tel logiciel mis à jour sera disponible pour les tests du Qatar »].

« Si tout le monde est d’accord et prêt, il peut être mis en œuvre. Nous avons déjà les signaux de drapeaux sur le tableau de bord et c’est la même électronique envoyant le signal pour les messages. Par conséquent, de notre côté, c’est fait.

« Il y a eu un débat fondamental entre Dorna, l’IRTA et les équipes sur – tout d’abord – voulons-nous cela ? Et deuxièmement, si nous le faisons, quel format faut-il prendre ? Cette partie n’est pas encore résolue.

« La première demande de presque chaque équipe est la liberté d’écrire ses propres messages – et c’était plus ou moins mon premier veto ! Voyons comment ça fonctionne avec un menu de messages définis, parce que la cible est d’abord toujours la sécurité. Ainsi, des messages comme « Les conditions sont XYZ, vous avez vraiment besoin de changer de pneus ». Ce genre de chose. Donc, avec cette cible à l’esprit, la messagerie libre était la moindre de nos priorités.

« J’ai encore des réserves à propos des messages libres et même de l’ensemble du système de communication au tableau de bord d’équipe à pilote. Mais je peux également voir des applications vraiment utiles, du point de vue de la sécurité. »

rossi-sudah-saatnya-motogp-tinggalkan-peraturan-pit-board-5uo6pbajeg

Source : crash.net

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :