Meilleur temps le premier jour et la même chose le second avec en prime un bon chrono dans les 1’29, Vinales a bien démarré son intersaison 2017. En 48h00, il a comme fait oublier chez Yamaha un Lorenzo pourtant brillant vainqueur du Grand Prix de Valencia dimanche dernier. L’ancien de Suzuki ne peut s’exprimer sur son expérience sur la M1 pour des raisons contractuelles mais dans le team officiel on est dithyrambique sur la nouvelle recrue.

C’est le team manager Massimo Meregalli qui a été le plus prolixe dans les colonnes de Marca. « Maverick nous avait avoué la veille des tests qu’il avait eu du mal à dormir tellement il était nerveux. Il nous a impressionné dès le premier jour où nous lui avions plus ou moins donné la même moto que celle de Lorenzo lors du Grand Prix de Valencia ».

« Nous n’avions fait que des changements mineurs sur la moto mais il s’est montré très sensible en la réglant ce qui est très positif. Chaque fois que l’on changeait quelque chose, il le ressentait immédiatement et c’est important ».

« Le plan était de le faire rouler sur la 2016 le premier jour puis avec une moto avec certains changements ensuite. Il pourra probablement tester le nouveau châssis à Sepang la semaine prochaine ». Valentino Rossi et Maverick Viñales ne roulaient donc pas avec la même Yamaha. Et la version 217 de la M1 s’avère pour le moment moins véloce que l’opus 2016.

Tous les articles sur : Maverick Vinales, Valentino Rossi