Pour ses débuts chez Ducati, Lorenzo a frappé les esprits en réalisant le troisième chrono sur la Desmosedici 2016, sans jamais se précipiter. Bien conseillé dans le stand par Casey Stoner, il bénéficiait également du point de vue expert de l’Australien qui allait examiner sa progression depuis le bord de la piste.

Jorge effectuait l’essentiel de la journée sur la 2016, y compris son meilleur chrono, et ne pilotait la 2017 que pour un bref roulage en fin de journée afin de préparer le mercredi. L’impression majeure qui s’est dégagée de Lorenzo a été un grand calme, depuis le matin où il a garé son scooter (Yamaha) le long du camion Ducati. Il a passé beaucoup de temps à régler sa position, estimant au début être trop sur l’avant. L’équipe ajoutait donc progressivement des épaisseurs de mousse sur l’arrière du réservoir pour qu’il se sente à son aise.

A la mi-journée, sans se départir de sa sérénité, Jorge occupait la onzième position, alors à 1.6 du meilleur temps provisoire de Valentino Rossi. Une fois qu’il s’est senti confortable sur la moto, il accélérait progressivement le rythme. C’était finalement au cinquante-troisième de ses soixante tours qu’il réalisait le troisième temps, à un dixième de Maverick Vinales et de Valentino Rossi. A titre de comparaison, son coéquipier du jour Andrea Dovizioso se classait cinquième à un dixième de Jorge. Mais le parcours de Dovi avait été plus compliqué, testant successivement la Desmosedici 2016 avec ailerons, puis sans ailerons, et la 2017.

Lorenzo n’a pas pu s’exprimer à la fin de cette journée en raison de son contrat avec Yamaha, mais son troisième temps parle pour lui. Il sera intéressant de voir demain quelles seront ses possibilités avec la Ducati 2017.

Tous les articles sur : Jorge Lorenzo