Valentino Rossi est en passe de réussir quoi ? Son dixième titre mondial ?
Non. Quelque chose de finalement beaucoup plus important.

Retour en arrière.
Jusqu’à ces dernières années, l’Espagne dominait (et domine encore) largement la compétition motocycliste de vitesse. Il n’y a qu’à compter le nombre de ses représentants en MotoGP pour s’en convaincre ; 9 pilotes sur la grille, soit presque sa moitié.

Le pourquoi est à chercher dans deux directions.
L’une est un pays véritablement passionné, car, contexte économique oblige, nourri au sein des 2roues durant toute la période du franquisme, le tout sous le soleil, ce qui ne gâche rien pour la pratique de ces engins. Peu de moyens pour débuter mais une multitude de circuits et de courses locales aptes à susciter des vocations multiples.
L’autre est à trouver du côté de la Dorna, structure espagnole qui abreuve abondamment les différentes équipes du championnat avec, forcément parfois, une compréhension patriotique un peu plus développée.

Après quelques années, la conjonction de ces deux éléments a produit le résultat prévu ; les Espagnols étaient partout et gagnaient tout, des 125cc jusqu’au MotoGP.

Les autres pays européens ont dû plier sous le joug ibère, Allemagne, Royaume-Uni et France compris, ne devant qu’à la diffusion télévisée internationale  le fait d’avoir encore au moins un représentant en catégorie reine.

L’Italie, pays du moteur s’il en est, a longtemps résisté mais, après la disparition tragique de Marco Simoncelli, ne réussissait qu’à produire un Iannone quand l’Espagne nous sortait des Marquez, Espargaro, Vinales et autres Rins de son chapeau.

La première pierre du renouveau italien a été posée par la Fédération italienne (FMI) qui, réussissant à se fidéliser quelques sponsors importants, injectait chaque année un million d’Euros dans son team de Grand Prix. Quelques pilotes y font fait leur première expérience du Continental Circus, avec plus ou moins de réussite.

Puis, en 2014, Valentino Rossi crée la VR46 Riders Academy. Le propos était d’aider les pilotes italiens les plus prometteurs, en les plaçant là où ils pouvaient progresser, le tout sous la tutelle et avec l’aura du Docteur, sans même parler des très nombreux entraînements à Misano ou Tavullia.

Et ça marche ! Aujourd’hui, ils sont onze à être labellisés “VR46”, et commencent à tenir les premiers rôles en Moto3, avec Romano Fenati, Niccolo Antonelli, Andrea Migno, Nicolo Bulega et Francesco Bagnaia, mais aussi à monter en puissance en Moto2, avec Franco Morbidelli, Lorenzo Baldassari et Luca Marini.
Pour le moment moins connus, on trouve également Dennis Foggia et Marco Bezzecchi dans le FIM Repsol Championnat du monde Junior Moto3 ainsi que le très jeune Celestino Vietti Ramus en championnat d’Italie CIV.

CaNd2FVUAAAtyJZ

La prochaine étape sera le passage du propre team de Valentino Rossi, le Sky VR46, en Moto2, et ce, dès 2017.

A la fin 2018, le team Moto2 aura donc deux années d’expérience et Valentino Rossi prendra probablement sa retraite de pilote.
Mais faisons le pari qu’il sera sans doute alors à l’aube d’une toute nouvelle carrière de team manager en MotoGP, avec des pilotes italiens!
Et l’icône du MotoGP pourrait bien réussir là où toutes les fédérations nationales se sont usées les dents sur la puissante Ibère…
Nous n’en sommes certes pas encore là, mais force est de constater qu’un seul Espagnol figure dans le Top 12 des pilotes Moto3 cette année. Contre 6 Italiens

PS: Lundi dernier, comme à leur habitude, quelques pilotes de la VR46 Riders Academy se sont entraînés à Misano, dans cette saine atmosphère de camaraderie que le Docteur adore.

6-Valentino-Rossi-in-meeting-590x403
ScreenShot610
ScreenShot611
ScreenShot612
ScreenShot617
ScreenShot618
ScreenShot619
ScreenShot620
ScreenShot621